Avertir le modérateur

17/09/2008

Samedi 27 septembre 2008 : Journée nationale d'initiatives contre l'enfouissement des déchets radioactifs

3115 communes menacées dans 20 départements : Ardennes, Aube, Aveyron, Cher, Eure, Indre, Lot, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Bas-Rhin, Seine-Maritime, Somme, Tarn-et-Garonne, Vosges.


Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle les citoyens à participer samedi 27 septembre 2008 à plusieurs rassemblements et actions (*) organisés par les différents Collectifs ou associations mobilisés contre le projet d'enfouissement de déchets radioactifs, projet mené par l'Andra (Agence nationale pour le gestion des déchets radioactifs) sur mission du gouvernement.

Ainsi, 3115 maires ont été récemment contactés par l'Andra qui agit ainsi dans le dos des habitants et, par ailleurs, dans l'opacité : malgré des milliers de demandes téléphoniques (**), l"Andra refuse toujours de rendre publique la liste des 3115 communes menacées. C'est sûrement cela la "transparence nucléaire".

L'Andra a fixé au 31 octobre la date limite de réponse pour les maires, mais de nombreuses collectivités territoriales ont d'ores et déjà voté des motions refusant la venue des déchets radioactifs.

En 2000 déjà, l'Etat avait tenté de trouver des sites granitiques pour enfouir des déchets nucléaires et s'était heurté à une mobilisation citoyenne d'une ampleur exceptionnelle. Une mobilisation est à nouveau nécessaire pour empêcher tout projet d'enfouissement et pour faire connaître aux citoyens la vérité sur les dangers causés par les déchets radioactifs (***).

En particulier, les citoyens ne doivent pas se laisser abuser par la terminologie trompeuse utilisée par les promoteurs de l'industrie nucléaire. En l'occurrence, les déchets sont dits "à faible activité et à vie longue" (FAVL) mais :
- tout comme l'uranium dit "appauvri", les déchets "faiblement radioactifs" sont extrêmement dangereux et posent de graves problèmes de santé publique.
- l'expérience a montré que des déchets encore plus dangereux sont souvent glissés parmi les déchets "faiblement radioactifs".
Il faut aussi noter que à Asse (Allemagne), 126 000 fûts contenant des déchets faiblement ou moyennement radioactifs - et donc comparables aux déchets aujourd'hui "offerts" par l'Andra - ont été entreposés dans une mine de sel déclarée "géologiquement stable depuis 70 millions d'années" et "quasi imperméable". Or la mine de Asse est aujourd'hui inondée, et la contamination radioactive menace gravement les nappes phréatiques : une véritable catastrophe est en cours.

Une fois de plus, les déclarations rassurantes des "experts" ont été démenties par la réalité.


(*) la liste des rassemblements, avec les lieux et horaires, sera diffusée sous peu.
(**) une action téléphonique collective est organisée depuis juin par le Réseau "Sortir du nucléaire" vers le numéro vert de l'Andra : 0 800 000 150
(***) le Réseau "Sortir du nucléaire" diffuse un document de 12 pages titré "Déchets nucléaires : le casse-tête" :
http://www.sortirdunucleaire.org/sinformer/brochures/dech...

Source : Réseau Sortir du Nucléaire

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu