Avertir le modérateur

08/01/2009

Vague de froid et record de consommation : chauffage électrique, mauvaise pioche !

Comme presque tous les hivers, des records de consommation électrique sont annoncés. Le froid actuel, bien qu’intense, n’atteint pourtant pas des niveaux extraordinaires ou alarmants pour nos régions. Comment se fait-il, alors même que la maîtrise de l’énergie est le mot d’ordre de ces derniers mois, que notre pays connaisse des pics de consommation tels que la coupure d’électricité soit frôlée ?

Le chauffage électrique est l’acteur principal des campagnes publicitaires de certains grands fournisseurs. L’exception française, qui réside dans un très important pourcentage de chauffages électriques, coûte très cher d’un point de vue environnemental, économique et social :
- environnemental car, contrairement à une idée répandue, le système électrique français exige de la production fossile (souvent importée d’Allemagne) pour répondre aux pointes de consommation générées par ce suréquipement en chauffage électrique ;
- économique car si la France exporte de l’électricité de base à bon marché, elle importe de l’électricité de pointe à un prix élevé. En effet, en moyenne en 2007, la France a acheté presque trois fois plus cher l’électricité qu’elle ne l’a vendue. (116 €/MWh à l’achat contre 45 €/MWh à la vente). Les consommations électriques destinées à produire de la chaleur valent beaucoup plus cher et sont donc subventionnées par les autres consommations d’électricité (dites spécifiques) ;
- social car les logements insuffisamment isolés et équipés de chauffages électriques (kWh plus cher que celui produit par les autres technologies) sont le lot commun des des ménages pauvres ou modestes. Ces dernières sont donc principalement touchées et sont bien souvent obligées de passer ces jours dans des conditions exécrables voire dangereuses pour la santé.


Ces pics rappellent l’urgence d’un plan massif et ambitieux d’isolation du parc de bâtiments et la nécessité d’une réflexion sur nos modes de chauffage. Étonnamment, le chauffage électrique ne fait l'objet ni de suivis de quelque ordre que ce soit, ni d'évaluations. Le CLER appelle à la publication de statistiques précises sur les consommations liées au chauffage électrique et à la réalisation d'études sur ses conséquences environnementales, économiques et sociales.


À noter : la PAC (pompe à chaleur) est présentée comme une technologie permettant de réduire la consommation électrique. Dans les faits, une grande partie des PAC installées (PAC air/air ou air/eau) voient leur efficacité diminuer avec la température extérieure : elles ne diminuent en rien les pics de consommation car leurs performances en période froide sont aussi mauvaises que celles du chauffage électrique direct. Il est très regrettable que ces équipements aient servi de prétexte à s’équiper en électrique dans des régions, comme l’Alsace, où les conditions climatiques
avaient banni le chauffage électrique au profit d’autres énergies.

 

Source : Le Comité de Liaison Energies Renouvelables (CLER)*

* Le Comité de Liaison Energies Renouvelables (CLER), est une association loi 1901 créée en 1984, regroupant plus de 150 professionnels des énergies renouvelables et de la maîtrise de l’énergie répartis sur tout le territoire national.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu