Avertir le modérateur

10/02/2009

La tempête Klaus a aussi affecté les oiseaux !

Depuis plusieurs jours, sur toute la façade Atlantique et même loin à l’intérieur des terres, de nombreux ornithologues signalent des oiseaux de haute mer morts ou épuisés. Des dizaines d’oiseaux affaiblis et dénutris, particulièrement éprouvés par la tempête, sont accueillis dans les centres de soins.

Sans vouloir atténuer les dommages causés par cette catastrophe naturelle au point de vue humain et économique, la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) dresse un bilan des conséquences de la tempête sur les populations d'oiseaux


Comme en décembre 1999, avec l’ouragan Lothar, les fortes rafales de vent de Klaus ont poussé un nombre important d’oiseaux marins, vivant d’habitude en haute mer à cette saison, vers les côtes et jusqu’à l’intérieur des terres.

D'après le réseau d'observateurs de la LPO, les principales espèces touchées sont l'océanite tempête (petit oiseau marin, à peine plus gros qu'une hirondelle de fenêtre), le phalarope à bec large (petit échassier peu commun), la mouette pygmée et, surtout, la mouette tridactyle

Cette dernière espèce est, en effet, la plus affectée. Un afflux important a été constaté sur l'ensemble des plages du littoral atlantique et, phénomène beaucoup plus rare uniquement noté lors de fortes tempêtes, des centaines de mouettes ont été poussées à l'intérieur des terres.

Ainsi, cette espèce est présente dans de très nombreuses régions : Poitou-Charentes, Limousin, Auvergne, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Franche-Comté etc. Elle est observée partout y compris jusqu'en Suisse, où une petite centaine de mouettes ont pu être dénombrées.

Espèce encore plus rare, notamment à l'intérieur des terres, l'océanite tempête a été notée en Charente, Cantal, Ardèche, Lozère et Drôme. Pour l’anecdote, un vol de 20 bernaches cravants a également été noté dans l’Aude, tandis que la première mention du fulmar boréal a été faite pour le littoral méditerranéen français, en Camargue.

Né très au nord dans l’Atlantique, l’ouragan Klaus a également apporté des espèces de goélands originaires de l’arctique américain et groenlandais comme les goélands bourgmestres et à ailes blanches (record absolu en France), mais aussi des goélands de Kumlien (seulement deux mentions française) et même une mouette blanche à Arcachon (première mention française depuis 1985), espèce considérée aujourd’hui comme « en danger d’extinction » par l’UICN.

Plusieurs milliers d’oiseaux ont ainsi été fortement affectés par la tempête et sont retrouvés morts ou épuisés, l’ensemble du réseau des centres de soins se mobilisent donc pour essayer de leur porter assistance.

Aussi, le centre Hegalaldia (Pyrénées-Atlantiques) a contacté les centres voisins, l'UFCS et la LPO, pour organiser les actions et permettre l’accueil, dans les meilleures conditions possibles, de tous les oiseaux nécessitant des soins.

En conséquence, en cas de découverte d'un oiseau blessé ou affaibli, la LPO vous engage à téléphoner au 05 46 82 12 34 ou à contacter l’UFCS (Union Française des Centres de Sauvegarde) au 03 86 97 86 05 qui vous redirigeront vers le centre de soins le plus proche.

Source: LPO

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu