Avertir le modérateur

10/02/2009

Nouvel EPR à Penly : Agir pour l’Environnement demande la démission de Pierre Messmer !

Le Chef de l’Etat, au lieu de diversifier et décentraliser les modes de production de l’électricité donne une fois encore des gages au lobby nucléaire, jamais rassasié en lançant un deuxième EPR !


Agir pour l’Environnement constate avec stupeur qu’alors que la France est largement excédentaire en capacité de production électrique de base et très en retard dans le développement des énergies renouvelables, le Chef de l’Etat adopte la posture de VRP de l’EPR, l’amenant à accumuler les projets inutiles et dispendieux. Les pics de consommation électrique récents qui ont montré l’extrême faillibilité du système électrique français reposant sur le primat du nucléaire, et la récente tempête qui a mis à mal un système électrique national centralisé et reposant sur l’acheminement de l’électricité à l’aide de lignes à très haute tension devraient amener l’Etat français à renoncer à une politique énergétique reposant sur le tout-nucléaire.

Après cette décision de « re-re-re-relance » d’une nouvelle centrale nucléaire, Stéphen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’Environnement réagit : « Au secours, Pierre Messmer revient ! Si la nouvelle économie ressemble à celle défendue par le premier Ministre de 1974 qui imposa le premier programme électronucléaire français… la rupture politique n’est qu’une rupture de style dans une continuité radioactive ! »

Pour mémoire, c’est déjà Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Economie, qui avait imposé le premier EPR français à la suite de la Loi sur l’Energie adoptée en 2006. A l’époque, cette centrale nucléaire était présentée comme un démonstrateur, dont la vocation première n’était pas de produire de l’électricité mais de servir de vitrine à l’exportation. Agir pour l’Environnement s’interroge sur le nombre d’EPR qu’il faudra à la France avant de découvrir l’inutilité de ce type de centrale et la profondeur abyssale du coût engendré pour la collectivité nationale.

Au regard de l’échec commercial patent et de l’envolé des coûts d’investissement du 1er EPR de Flamanville, le Chef de l’Etat persévère dans l’erreur au lieu de prendre acte de cette catastrophe financière et industrielle. Pour Agir pour l’Environnement, le Chef de l’Etat, en donnant raison au tenant du tout nucléaire, s’enferme dans une logique irrationnelle et totalement incompréhensible.

Alors que l’avenir est dans les énergies vertes, la promotion de l’efficacité énergétique et la maîtrise de l’énergie, la Chef de l’Etat prend le contre-pied des conclusions du Grenelle de l’environnement.
A tel point que ce Grenelle de l’environnement est devenu un simple exercice de style qui ne fait plus guère illusion pour personne.

Source : Agir pour l'environnement

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu