Avertir le modérateur

21/04/2009

Un gypaète barbu retrouvé blessé dans les Hautes-Pyrénées.

Jeudi 16 avril, un Gypaète a été trouvé blessé et très affaibli en val d’Azun dans les Hautes-Pyrénées. En un an et demi, il s’agit du 4ème gypaète adulte retrouvé dans un état critique dans ce massif. Les structures locales et la LPO s’inquiètent d’autant plus de ces tragiques découvertes que cette espèce, qui compte moins de cinquante couples en France, est l’une des plus menacées d’Europe.


Cette nouvelle est d’autant plus malheureuse que cet oiseau avait débuté sa reproduction et n’a donc pas pu la mener à bien. Or ce grand rapace nécrophage a beaucoup de mal à élever des jeunes et n’y parvient que tous les trois ans en moyenne, ce qui explique en partie sa rareté  et la difficulté qu’à cette espèce à se régénérer. Les jeunes, afin de pouvoir nicher à leur tour, doivent attendre d’être adulte c'est-à-dire d’avoir plus de 7 ans, et seulement une partie d’entre eux y arrive. C’est pourquoi la perte d’un adulte reproducteur est toujours une tragique découverte.

De plus, il s’agit du 4ème adulte retrouvé affaibli ou blessé découvert en un an et demi. Combien n’ont pas été découverts ? Deux de ces grands rapaces n’ont pas survécu, l’un victime d’un tir et l’autre d’une septicémie inexpliquée ; un seul a pu être relâché après avoir été soigné.

Avec moins de 160 couples en Europe, dont la majorité vit dans les Pyrénées (32 couples sur le versant français en 2009, une centaine sur le versant espagnol), le Gypaète barbu est le rapace le plus rare et le plus menacé de notre continent.

A ce titre il fait l’objet de programmes de conservation dans les rares régions où il subsiste encore (Crête, Corse, Pyrénées) et de programmes de réintroduction au succès très variable dans d’autres (Alpes, Andalousie, Sardaigne). Malgré ces efforts internationaux, le nombre de cas de mortalité de cette espèce par braconnage, intoxication, empoisonnement criminel ou collision avec des câbles électriques, a terriblement augmenté en 2009, fragilisant un peu plus l’avenir déjà incertain que nous réservons à cette espèce.

Dans les Pyrénées françaises, le gypaète barbu bénéfice d’un plan de restauration ministériel depuis 1997, mis en oeuvre par la LPO sous l’égide de la DIREN Aquitaine. De plus, un panel d’actions est réalisé en faveur du gypaète barbu dans le cadre du programme Pyrénées Vivantes ; un réseau composé de nombreux partenaires (Associations de protection de la nature, Parc national des Pyrénées, Office national des forêts, Office national de la chasse et de la faune sauvage, Fédérations de chasse, Réserves naturelles, centre de soins, etc.) qui s’investit au quotidien pour préserver ce majestueux rapace montagnard.

Même si le pronostic pour cet oiseau est réservé, espérons qu’il pourra survoler à nouveau les sommets pyrénéens, pour le plus grand plaisir de tous les montagnards épris de beauté et de nature.

Allain Bougrain Dubourg
Président de la LPO

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu