La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

17/06/2009

L'« éco-autoroute » A19, nouvelle trouvaille du greenwashing !

A l'occasion de l'ouverture à la circulation de l'autoroute A19 auto-promue « éco-autoroute » par le groupe Vinci, les associations de protection de l'environnement expriment leur hostilité à ce concept fumeux qui prélude à une nouvelle tentative des lobbys autoroutiers de dévoyer les engagements du Grenelle de l'environnement.


Depuis le Grenelle de l'environnement et au lendemain d'une élection qui témoigne des aspirations écologistes des français, il est de bon ton de se montrer soucieux de l'environnement. La contre-offensive des lobbys, acculés au changement de paradigme, consiste donc à rendre « vert » ce qui ne l'est pas et (surtout !) ce qui ne peut pas l'être. L'incroyable s'est donc produit une nouvelle fois : Arcour (groupe Vinci) vient de lancer le concept d' « éco-autoroute ». Il s'agit de l'A19 : plus de 100 kilomètres, entre Artenay et Courtenay, (contournement sud de la région parisienne) avec 8 000 à 9 000 véhicules par jour en moyenne attendus dont 20% de poids lourds. Faut-il que les associations rappellent que l'objectif d'une autoroute est de générer du trafic de véhicules motorisés (voitures, poids lourds, motos,...), ce qui contribue à d'importants rejets de gaz à effet de serre, beaucoup plus en tout cas que ce que génèrent le rail ou les voies d'eau ? « Des aménagements pour limiter les impacts environnementaux, par ailleurs imposés par la loi, ne feront jamais d'une autoroute une infrastructure écologique, ou propre, ou sobre en carbone. Le qualificatif d'éco-autoroute est un non sens absolu et la novlangue ne doit pas se substituer à la réalité » déclare Yannick Vicaire, chargé de la campagne Climat d'Agir pour l'environnement.

 

La vaste opération de greenwashing de Vinci est d'autant plus inquiétante que la présence du secrétaire d'Etat aux transports, Dominique Bussereau à l'inauguration le 8 juin lui apporte de fait une caution de l'Etat. Placé sous tutelle du Ministère de l'écologie (le MEEDDAT), ce secrétariat est pourtant censé porter haut et fort le Grenelle de l'environnement dont le gouvernement se gargarise depuis deux ans. A cet égard, signalons que l'Etat s'est engagé à limiter l'augmentation des capacités routières du pays, à augmenter de 25% la part modale du fret non routier et non aérien d'ici à 2012 et à donner un caractère prioritaire aux investissements ferroviaires et fluvio - maritimes (article 9 et 10 de la loi Grenelle 1). « Le gouvernement ne doit pas céder à la tentation, sous la poussée des lobbys, de camoufler une relance autoroutière à l'abri  du concept sémantique inauguré par Vinci » prévient Olivier Louchard, coordinateur du Réseau Action Climat, « au risque sinon de trahir les aspirations des français et de renoncer à ses responsabilités face à l'urgence climatique ».

Source : Agir pour l'environnement

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu