Avertir le modérateur

21/11/2009

Les eaux de Rhône-Alpes bien polluées !

La France se retrouve devant la Cour Européenne pour non traitement de ses eaux usées. La Commission Européenne vient d'annoncer* l'assignation devant la Cour Européenne de la France pour traitement insuffisant des eaux municipales résiduaires dans 64 agglomérations de plus de 15 000 habitants. Ce sont donc des villes significatives qui n'ont pas de station d'épuration, ou qui ne collectent pas leurs eaux usées, ou dont la station d'épuration est vétuste et ne dépollue pas.


De plus, la Commission a engagé un avertissement à cinq Etats Membres, dont la France, pour ne pas avoir mis en place la collecte et le traitement des eaux usées des plus petites villes (de 2 000 à 15 000 habitants).

C'est donc les égouts qui se rejettent directement dans nos rivières, avec des impacts sur l'environnement, et des risques de contamination sanitaire.

En Rhône-Alpes, les documents de l'Etat démontraient que fin 2008 les stations d'épuration d'une centaine de villes moyennes ou importantes n'étaient pas aux normes. Quant aux petites agglomérations, les chiffres ne sont pas disponibles dans la plupart des départements rhônalpins, mais là où l'inventaire a été fait ce serait 27% des agglomérations qui ne seraient pas aux normes.

L'Etat a d'ailleurs écrit aux Maires de plusieurs villes, comme La Tour du Pin dans l'Isère, pour préciser que de nouvelles zones ne doivent pas être ouvertes à l'urbanisation tant que les eaux usées ne seront pas traitées correctement.

La FRAPNA a écrit à une cinquantaine de communes en juillet 2009 pour demander où en était la mise en conformité de leur traitement des eaux usées. Certaines ont répondu que les travaux étaient en cours, mais pour plusieurs la mise en conformité est au mieux "en projet", dont Le Cheylard (07), La Mure (38), la Tour du Pin (38), Hauteville-Lompnes (01), Saint Donat (26), Saint-François-Longchamp (73), Vizille (Aquapole 38)…

La FRAPNA rappelle que l'action juridique européenne contre la France pour non traitement des eaux usées risque de coûter très cher aux contribuables. Les stations d'épuration sont un seul volet de l'action nécessaire et urgente de protection de la qualité de l'eau exigée par la Directive Cadre sur l’Eau et il faut agir maintenant sur les autres volets, telle que la pollution agricole et la restauration des zones humides, les pollutions sédimentaires (PCB) pour atteindre les objectifs 2015 de cette Directive.

La FRAPNA accueille positivement l'action de "gendarme" entreprise par l'Europe – tout en déplorant que ce soit devenu nécessaire – car la qualité de l'eau est un atout essentiel pour notre société, notre environnement et notre santé.

 

*Communiqué de presse de la Commission Européenne, 20 novembre 2009

 

Source : FRAPNA

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu