Avertir le modérateur

22/10/2010

Nucléaire : La BNP et le financement d'un réacteur de type pré-Tchernobyl

Les banques à travers le monde aiment à promouvoir leurs investissements dans les technologies vertes et les énergies renouvelables. Mais il est un investissement qu'elles aiment à laisser dans l'ombre : l'énergie nucléaire.

 

Angra 3 au Brésil : un réacteur aux standards d’avant Tchernobyl

La BNP étudie en ce moment même sa participation financière au projet de construction d‘un réacteur nucléaire dangereux à Angra dos Reis, à 150 km de Rio.

Pourquoi qualifier ce projet de dangereux ? La construction de ce réacteur a commencé en 1984 pour s’arrêter en 1986, au moment de Tchernobyl, faute de financements internationaux. Alors que 70% des pièces du réacteur sont stockées sur le site depuis cette date, et que le projet correspond aux standards de sûreté d’avant Tchernobyl, la construction a recommencé il y a quelques mois, comme si 25 ans ne s’étaient pas écoulé… car les financements se débloquent.

La BNP fait preuve d’une grande irresponsabilité sur ce sujet. Greenpeace a expliqué à la banque les nombreux risques du projet et attends toujours de savoir une analyse indépendante va être menée. Le risque d’un accident nucléaire n’a pas été envisagé, en violation totale des normes internationales. On sait de plus pertinemment qu’Angra ne passerait pas l’examen : il n’existe par exemple qu’une seule route d’évacuation, régulièrement fermée en raison de glissements de terrain.


La BNP, championne du monde du nucléaire touche le jackpot financier !

Mais alors pourquoi s’impliquer dans un projet aussi dangereux ? Parce que la BNP n’assumera pas les risques financiers liés à son investissement. Ce sont en effet les « états nucléaires« , tels que la France, qui délivrent des garanties d’Etat et assument ces risques financiers. La BNP prête donc de l’argent à l’aveugle, grâce au soutien des Etats, sans être capable d’analyser correctement ce qu’elle finance.

La BNP finance donc à l’aveuglette, puisqu’elle est sûre de toujours toucher le jackpot. Ce sont 13,5 milliards d’euros de transactions radioactives qui ont été effectuées par la BNP entre 2000 et 2009. La BNP est la première banque au monde à financer l’industrie nucléaire.

 

Greenpeace demande à la BNP dès à présent de ne pas financer Angra 3

Greenpeace a lancé sa campagne dans la nuit du 16 au 17 octobre dernier, en rhabillant plus de 350 agences BNP dans 25 villes de France avec le message « Savez vous ce que votre banque fait avec votre argent ?« . Car la BNP utilise entre autres mannes l’argent des particuliers, pour financer ces projets nucléaires dangereux.

Les clients de la BNP sont en droit de demander des comptes à leur banquier sur ce qu’il fait avec leur argent. Pour connaître l’usage des fonds par la BNP et lui demander plus de transparence, rendez vous sur le site ouvavotreargent.com.

Les acteurs financiers nous disent depuis trop longtemps qu’ils ne sont pas responsables des orientations énergétiques, que c’est un problème politique. En réalité, ce sont eux tout autant que les industriels qui permettent à ces projets nucléaires dangereux de voir le jour.

Il est grand temps que les banques assument leurs responsabilités. Greenpeace demande à BNP Paribas d’annoncer son retrait immédiat d’Angra et de faire toute la lumière sur ses investissements radioactifs.

Pour en savoir plus :
Le site Où va votre argent ?
Le site Nuclear Banks, no Thanks (en anglais)

Source : Greenpeace France

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu