Avertir le modérateur

09/12/2010

Monsieur Juppé, sortez de vos contradictions, ouvrez la voie au désarmement nucléaire.

Le 14 octobre 2009, Alain Jupé co-signait, dans le journal Le Monde, une tribune revendiquant un monde sans armes nucléaires (1). Aujourd'hui dans le sanctuaire de la force de frappe nucléaire française, voudrait-il effacer cette tribune aux yeux des militaires et de l'opinion ?


Le 26 novembre dernier devant les sénateurs, lors du débat budgétaire sur la Défense, il a encore rappelé qu'il « rêve bien sûr d’un monde sans armes nucléaires ». Mais il s’est empressé d'ajouter : « ma position n'est pas que la France doit donner l'exemple avant tous les autres pays ! », précisant : « tant que des progrès nouveaux n'auront pas été accomplis à l'échelle mondiale dans la voie de leur réduction […], ainsi que de la maîtrise de la prolifération nucléaire, la France ne devra pas baisser la garde. »

Justement, Monsieur Juppé, pour que le rêve d’un monde sans armes nucléaires devienne réalité, il faut qu'un gouvernement en prenne l’initiative. Loin de « baisser la garde », ce gouvernement renforcera la sécurité de sa population, qui ne sera plus une cible privilégiée pour des attentats.

En effet aujourd’hui, au niveau international, les armes nucléaires constituent l'un des principaux facteurs d’insécurité ; elles prennent en otage les citoyens. En agitant la menace de l’arme nucléaire, la France se met en situation d’être menacée, car elle se présente publiquement comme une cible pour d'éventuels attentats.

Le nucléaire rend également la France entièrement dépendante de l'uranium étranger, et encourage des guerres civiles ou des crimes, comme l'enlèvement récent de salariés d'AREVA au Niger. Les retombées atmosphériques des bombes et des essais nucléaires ont des conséquences graves et durables sur la santé et l'environnement.
Les sous-marins de l’Île Longue sont actuellement en état d'alerte vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. L'Assemblée Générale de l'ONU a demandé à de nombreuses reprises la fin de cette alerte permanente. Mais la France a toujours voté contre une diminution des niveaux d'alerte, et chaque sous-marin nucléaire français reste prêt à déployer à chaque instant la puissance de mille Hiroshima.

Monsieur Juppé, n'est-il pas temps d'annoncer que la France ne menace plus la planète de destruction instantanée ? Vous pourriez saisir l’occasion de cette visite pour donner un signal positif, en annonçant par exemple le soutien de la France au projet de Convention d’élimination des armes nucléaires. Ce projet sera à nouveau soumis au vote lors de l’Assemblée Générale des Nations Unies dans les jours qui viennent, et trois pays sur quatre le soutiennent déjà.

En ces temps de crise budgétaire, vous avez annoncé à l'AFP que les crédits de la Défense « augmenteront de 3% entre 2011 et 2013 ». Vous devriez plutôt supprimer les budgets de recherche pour les armes nucléaires du futur, ou réduire le nombre d’armes nucléaires déployées… Les initiatives ne manquent pas, qui montreraient que la France se donne véritablement les moyens des « rêves » que vous avez exprimés encore la semaine dernière.

 

NOTE :
(1) Lire la tribune parue dans le journal Le Monde le 14 octobre 2009 par MM. Juppé, Norlain, Richard et Rocard :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2009/10/14/pour-un-de...

Lire notre dossier sur les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire :
http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/nucleaire-milit...

 

Source : Réseau Sortir du Nucléaire

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu