Avertir le modérateur

27/03/2008

Un nouveau rapport illustre les conséquences désastreuses d'un dérèglement climatique incontrôlé en Asie du sud

125 millions de personnes pourraient être déplacées dans le sud de l'Asie d'ici la fin du siècle, si l'augmentation globale des températures moyennes devait augmenter entre 4 et 5°C. Voilà l'une des alarmantes conclusions d'une étude commanditée par Greenpeace et intitulée « L'alerte bleue – les migrants du climat dans l'Asie du Sud ».
 
Source : Greenpeace France 

OGM : Pas de débat à Chauvigny (Vienne)

Le collectif Vigilance OGM de la Vienne souhaitait organiser le 3 avril un débat contradictoire sur les OGM à Chauvigny (Vienne) afin de permettre aux citoyens de s’approprier cette question mais le maire M. Gérard Herbert a refusé. 

 

En réponse au communiqué du collectif Vigilance OGM, M. Gérard Herbert a répondu qu’aucune salle n’est libre à cette date et qu'aucune autre date n'a été demandée. Selon le collectif, lorsque le secrétariat de mairie a répondu à leur demande de salle, aucune justification claire n’a été donnée. Par ailleurs, un de ses membres rappelle qu’il s’est rendu directement à la mairie de Chauvigny le samedi 16 février où 2 salles étaient libres pour le 3 avril.

 

M. Gérard Herbert dit accepter le débat et pour preuve de sa bonne foi rappelle qu'il a répondu au questionnaire de Greenpeace Poitiers sur l’écoresponsabilité dans le cadre des municipales. Cependant, il faut bien avouer qu'il n'a jamais répondu dans le cadre des législatives au collectif Vigilance OGM 86 sur la question précise du moratoire sur le MON810 un an plus tôt. 

 

Ecolopresse

OGM : Interview de Christian Vélot, docteur en biologie et enseignant-chercheur en Génétique moléculaire

 
 
Christain Vélot, docteur en biologie, est enseignant-chercheur en Génétique moléculaire à l'Université Paris-Sud. Depuis 2002, il est responsable d'une équipe de recherche à l'Institut de Génétique et Microbiologie (Institut mixte CNRS-Université) sur le Centre Scientifique d'Orsay.

Autoroute A 65 : Protégeons les espèces menacées,

Le Conseil National de Protection de la Nature vient d’émettre un avis négatif à la demande d’autorisation de destruction de plusieurs espèces de faune et de flore protégées, dont le Vison d’Europe, qui serait nécessaire aux 150 kilomètres de l’autoroute A 65 Pau-Langon. Les associations demandent à Jean-Louis Borloo de ne pas passer outre l’avis du CNPN et de s’opposer à une telle destruction.


Philippe Barbedienne, directeur de la SEPANSO souligne « Pour les associations engagées depuis des années contre ce projet d’autoroute, la survie du Vison d'Europe est un argument fort de plus en faveur de l'abandon immédiat d’un projet aussi inutile et destructeur de l'environnement qu'il s'avèrera à terme ruineux pour la collectivité. On fait fausse route… Le Ministre peut et doit porter un coup d'arrêt à cette folie. On ne peut pas attenter ainsi à la biodiversité pour les besoins d’un projet inutile et aujourd’hui complètement obsolète ».

Arnaud Gossement, porte parole de FNE ajoute « L’A65 est une folie qu’il faut arrêter ! Autoriser la destruction d’une espèce protégée pour les besoins d’une autoroute inutile serait un mauvais coup porté à une gouvernance soucieuse de l’avenir du vivant dans notre pays. Arrêter cette autoroute serait une décision courageuse de nature à redonner du souffle au Grenelle dont la crédibilité serait renforcée. Nous devons remettre à plat la politique des transports de ce pays : des alternatives existent comme au goudron en général et à l’A65 en particulier ! »

Pour la Ligue Roc : « alors que l'aménagement intelligent de l'itinéraire actuel Pau-Langon est une alternative réaliste, l’élimination par l'A 65 de milliers d’hectares d'espaces naturels et d’espèces est une atteinte manifeste à la biodiversité dont les humains font partie et dépendent. La poursuite de tels projets destructeurs est comme une fuite en avant qui emmène les humains vers l’appauvrissement de la nature donc de leurs conditions de vie. »

En tout état de cause, le coût de l’abandon de ce mauvais projet restera toujours largement inférieur à celui de sa poursuite jusqu’au bout…

Pour FNE et toutes ses associations, il est inimaginable que les intérêts privés du lobby des constructeurs d’autoroutes puissent encore aujourd’hui seul primer, comme au siècle dernier.


Quand on veut mettre en place un développement durable, c’est l’intérêt général bien compris qui doit prévaloir.

 

Communiqué de presse de la fédération France Nature Environnement 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu