Avertir le modérateur

05/04/2008

Ecologie : La ligue ROC et Hubert Reeves ouverts mais vigilants

920cb4c289baecaa8e0c7b890d7dd43e.jpg

Pour la ligue ROC et Hubert Reeves, il faut désormais entrer maintenant dans la phase de mise en œuvre des travaux du Grenelle. Selon eux, elle doit durer le temps du mandat présidentiel et de la législature, soit jusqu’en 2012. La ligue ROC et Hubert Reeves invitent à l’action en construisant un nouveau site internet « Biodiversité 2007 ». Ils assurent être guidé par une attitude ouverte et vigilante à l'égard de la mandature de Nicolas Sarkozy.

Ecolopresse vous propose de découvrir une petite vidéo à ce propos... 

Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/04/2008

PCB dans les poissons du lac Léman et du lac d'Annecy

Les premières analyses commandées par la CIPEL ( Commission Internationale pour la Protection des Eaux du Léman) et le SILA (Syndicat Mixte du Lac d'Annecy) sur la concentration en PCB de type dioxine dans différents poissons montrent que sur les échantillons (5 individus dans chaque lac) d'omble chevalier des deux lacs certains d'entre eux étaient contaminés.

En effet, un des individus du Lac Léman présentait une concentration de 12,73pg/g et un de ceux du lac d'Annecy 31,34pg/g soit respectivement 1,6 et presque 4 fois la norme européenne. Le préfet de Haute-Savoie a donc décidé d'interdire par arrêté du 2 avril 2008 et jusqu'à nouvel ordre, la pêche de l'omble chevalier à des fins de consommation et de commercialisation.

Des investigations complémentaires seront menées dès la semaine prochaine par le SILA et la CIPEL en collaboration et coordination franco-suisse.

Des mesures ont également été réalisées sur d'autres espèces de poissons : corégone-féra, perche et lotte pour le lac Léman, et uniquement corégone pour celui d'Annecy. Les concentrations étaient inférieures à la norme malgré une concentration dosable de PCB.  Ces espèces ont été choisies par leur fréquence de pêche ou par leur habitat préférentiel.

Des investigations complémentaires concerneront en plus de l'omble, le corégone, la truite lacustre, le brochet et l'écrevisse dans les Lac Léman et d'Annecy, le SILA rajoutera la perche à cette liste.

Les PCB sont liposolubles et bio-accumulables. Ils se fixent dans les graisses et sont stockés jusqu'au bout de la chaîne alimentaire. Il est donc probable que les individus les plus touchés soient les plus gros spécimens des espèces carnivores.

La FRAPNA demande à ce que des investigations sur la source de ces pollutions soient effectuées si cette contamination est confirmée par les études menées sur un échantillon de poissons plus important.

La FRAPNA  et sa fédération nationale France Nature Environnement alertent depuis 20 ans sur ce problème. Ils ont obtenu et demandé que des fonds soient débloqués pour investiguer les lacs alpins notamment le lac du Bourget sur lequel un arrêté à également été prononcé à cet égard et où des concentrations très fortes de PCB ont été trouvées dans certains sédiments. Les investigations actuelles montrent que le combat était nécessaire et qu'il ne doit pas s'arrêter.

Une conférence d'information sur les PCB, organisée par la FRAPNA Haute-Savoie a eu lieu le 17 mars pour sensibiliser le public à cette problématique et expliquer les démarches mises en œuvre par l'Etat.

C'est bien la problématique de l'ensemble des polluants persistants toxiques qui est posée à travers ce sujet.

Aujourd'hui plus que jamais la FRAPNA entend réaffirmer son rôle de donneur d'alerte et de sentinelle de l'environnement.

Communiqué : FRAPNA

Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/04/2008

OGM : Mesdames, Messieurs les Députés, relevez le défi du Grenelle !

5bc67a757308c58830d85faa4d095096.jpgA partir du mardi 1er avril, les députés débattront du projet de loi sur les OGM. Avant cela, le texte a été examiné par la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale. Analyse du rapport de la Commission qui préfigure les débats à venir.

Les associations s’inquiètent de ce que la Commission n’a pas proposé une amélioration du projet de loi voté par le Sénat pour permettre un retour à l’esprit du Grenelle de l’environnement. Au contraire, la Commission maintient ou propose des dispositions regrettables et notamment :

- La liberté de produire avec ou sans OGM est encore consacrée (article 1er),
- Apparition de la notion d’ « intérêt économique légitime » (article 1er),
- Le Haut conseil des biotechnologies comporte (comprend encore) un comité scientifique qui a la prééminence sur (séparé du) le comité de la société civile (article 2), Les conditions même de travail du Haut conseil sont dégradées (article 2),
- (L’amendement anti Sénateur Legrand est maintenu :) il est prévu que le Haut conseil soit présidé par un scientifique, alors que les avis présentés au politique, à qui il appartient de prendre les décisions, doivent intégrer tous les enjeux de société, bien au-delà du scientifique
- Le Chapitre II du projet de loi consacré la notion de coexistence des cultures OGM et non OGM, alors que celle-ci est impossible sans contamination (article 2)
- La définition des conditions techniques de mise en culture dépend toujours du seul Ministre de l’Agriculture après avis du seul comité scientifique du Haut conseil des biotechnologies (article 3)
- Un seuil de contamination par des OGM est très explicitement autorisé (article 3, amendement n°41),
- Le système de responsabilité mis en place par le Sénat n’est pas amélioré (article 5),
- Le registre national des cultures qui devrait permettre la localisation des champs OGM ne sera disponible qu’en préfecture (article add après article 6).

Les associations déplorent que la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale n’ait pas saisi l’opportunité d’une amélioration du texte voté par le Sénat pour garantir l’intérêt général, à savoir l’intégrité de la biodiversité et des territoires à l’origine de nombreuses AOC, le libre choix alimentaire.

Lylian Le Goff souligne : « Nous sommes convaincus qu’un grand nombre de députés, de la majorité et de l’opposition sont conscients qu’il est de leur responsabilité et de leur honneur d’améliorer le projet de loi OGM qui a été maltraité au Sénat. Les députés doivent relever le défi du Grenelle consistant à ne plus sacrifier les intérêts collectifs à ceux d’un développement mercantile. Le Grenelle est une chance ch ance pour le Parlement qui peut ici démontrer son indépendance vis à des lobbies et sa volonté de traduire dans la loi les attentes d’une écrasante majorité de citoyens, de consommateurs et d’agriculteurs qui s’opposent aux OGM en milieu ouvert».

Arnaud Gossement ajoute : « Les députés ont eux aussi un devoir d’enthousiasme vis à vis du Grenelle de l’environnement ! Le Grenelle ne concurrence pas mais est une chance pour la Représentation nationale. Les députés ont aujourd’hui l’opportunité de voter une loi intelligente, protectrice de notre environnement et de notre santé. A la suite du Grenelle, les députés peuvent voter une loi d’apaisement».
 
Communiqué de France Nature Environnement 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu