Avertir le modérateur

10/05/2008

Pérou : Une compagnie pétrolière française sur les terres d'Indiens isolés

Le gouvernement péruvien a renoncé à ouvrir les réserves d'Indiens isolés à l'exploration pétrolière. Aucune réserve où vivent des Indiens isolés n'est incluse dans les dernières concessions annoncées cette semaine.

Ce geste semble répondre au flot de critiques exprimées par Survival et les organisations indiennes péruviennes. En raison du danger que représente l’exploration pétrolière pour ces Indiens, Survival avait exhorté le gouvernement péruvien à interdire l’exploration pétrolière dans ces territoires.

Cette décision représente un revirement radical pour Perupetro, la compagnie pétrolière d'Etat responsable des droits d'exploration. Un porte-parole de Perupetro avait en effet récemment prétendu que les Indiens isolés n'existaient pas et qu’en conséquence, l'exploration pétrolière sur leurs territoires serait autorisée.

Perupetro a annoncé cette semaine qu'aucune des nouvelles concessions ne porterait sur les "réserves des Indiens isolés afin d'éviter les confrontations avec les communautés locales et les organisations écologiques".

Pourtant, des Indiens isolés vivent sur une partie de l'une des nouvelles concessions (mais ces terres ne sont pas reconnues comme réserve), et l'exploration du gaz et du pétrole demeure une grande menace pour les Indiens sur l'ensemble du territoire péruvien. La compagnie française Perenco vient d'acquérir des droits d’exploitation dans le nord de l'Amazonie péruvienne où vivent au moins deux groupes d'Indiens isolés et les compagnies Repsol-YPF, Petrolifera ainsi qu'un consortium mené par Pluspetrol exploitent des zones habitées par les Indiens.

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd'hui : "La décision de Perupetro est la bonne, à la fois sur le plan légal et humanitaire, et nous espérons qu’elle sera définitive. Pourtant, l'exploration pétrolière qui a toujours cours dans d'autres régions habitées par des Indiens isolés doit être interdite et les compagnies devraient s'en retirer, conformément au droit international ".

Pour en savoir plus sur les Indiens isolés au Pérou :
http://www.survivalfrance.org/peuples/indiensisoles
 
Communiqué : Survival 

La chasse au printemps des oiseaux migrateurs se marginalise en France mais se poursuit ailleurs dans l’Union Européenne

Pour la première fois au printemps depuis une vingtaine d’années, les coups de fusil des chasseurs n’ont pas résonné dans le Médoc. La LPO se félicite que cette chasse aux oiseaux migrateurs, en particulier les tourterelles, par ailleurs interdite par la loi, soit devenue marginale en France. Cependant, avec son partenaire BirdLife International, elle dénonce la poursuite de ce phénomène dans certains pays d’Europe du Sud malgré les avertissements qui leur ont été récemment adressés par la Commission Européenne.

 

Plus de 7 000 tourterelles des bois ont pu survoler la Pointe de Grave (Gironde) entre le 15 mars et le 5 mai dernier sans essuyer les habituels tirs de chasseurs. En effet, seuls trois procès-verbaux ont été dressés par l'ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) durant cette période. Ces oiseaux d’à peine 150 grammes, épuisés par un voyage de 5 000 kilomètres entre l'Afrique et l’Europe, n’ont dorénavant plus à affronter en France le barrage de feu des chasseurs.

Après avoir tant combattu pour obtenir ce résultat, la LPO se réjouit que la chasse aux tourterelles dans le Médoc soit devenue marginale, grâce au maintien de la pression et aux moyens mis en œuvre conjointement par l’association, les observateurs présents sur place, la Préfecture de Gironde et l'ONCFS.

 

Contrairement à notre pays, certains Etats d'Europe du Sud continuent à autoriser la chasse aux oiseaux migrateurs alors qu’ils regagnent leurs sites de reproduction.

Ainsi, le gouvernement maltais autorise cette chasse, violant ainsi la Directive Oiseaux (1979) à laquelle il est soumis depuis son adhésion à l’Union Européenne en 2004.

C’est pourquoi, le 24 avril dernier, la Cour Européenne de Justice a accordé des mesures provisoires à la Commission Européenne pour interdire cette chasse en 2008.

Le 29 avril, le gouvernement chypriote a, quant à lui, décidé d’autoriser le tir des corvidés et des pies durant six jours de mai, invoquant les dégâts que ces oiseaux pourraient causer aux cultures. Chypre ouvre ainsi la porte aux tirs, en période de migration, d’autres espèces comme les tourterelles, les cailles et les guêpiers.

La décision du gouvernement chypriote a été fermement condamnée par Birdlife International qui a déposé plainte auprès de la Commission Européenne pour violation de la Directive Oiseaux.

 

La LPO, avec son partenaire BirdLife International, dénonce l’attitude de ces pays d’Europe du Sud qui continuent à autoriser la chasse au printemps des oiseaux migrateurs.

Alors que la France s’apprête à présider l’Union Européenne en juillet prochain, la LPO espère que le cas français pourra servir d’exemple pour que les oiseaux migrateurs n’aient plus à essuyer les tirs des chasseurs et puissent se reproduire en paix.

 
Allain Bougrain Dubourg - Président de la LPO

Paraguay : un Indien isolé meurt après son premier contact

Un Indien paraguayen qui avait vécu sans contact avec le monde extérieur jusqu'en 1998, vient de mourir de la tuberculose.

Le destin de Parojnai, un Indien ayoreo-totobiegosode, a basculé en 1998 lorsque la déforestation massive du Chaco l'a forcé, avec sa femme et leurs enfants, à entrer en contact avec le monde extérieur. Ils venaient de passer plusieurs années à fuir les bulldozers qui détruisaient leur forêt.

Parojnai avait expliqué à Jony Mazower, chargé de campagne de Survival, "Nous fuyions d'un endroit à l’autre pour échapper au bulldozer, c’était comme s’il nous suivait. J'ai dû abandonner mes affaires, mon arc, mes flèches, pour courir plus vite... Nous pensions que le bulldozer avait découvert notre jardin et qu’il venait manger nos fruits – et nous dévorer aussi".

Parojnai et sa famille ont finalement approché le conducteur d'un bulldozer. Ils se sont rendus dans sa maison, l'ont salué et lui ont dit dans leur langue : "N'aie pas peur de nous, nous sommes de bonnes gens". Bien que terrifié, l’homme leur a donné de la nourriture et de l'eau, puis il a tendu son maillot de foot à la femme de Parojnai.

"Quand j'ai rencontré Parojnai pour la première fois, il était déjà très malade. Mais j'ai vu des photos prises de lui le jour suivant son premier contact et il semblait alors alerte et en parfaite santé", rapporte Jony Mazower qui a rencontré Parojnai et sa famille en 2003 et en 2007.

"Pour moi, a déclaré Jony Mazower, le destin de Parojnai symbolise celui des Indiens d’Amérique depuis l’arrivée de Christophe Colomb. La spoliation de son territoire lui a fait perdre son indépendance et le contact avec le monde extérieur l'a rendu malade et l'a finalement tué. La tragédie qu’ont vécue les premiers peuples d’Amérique il y a 500 ans se répète de nos jours avec ces Indiens, qui sont parmi les derniers peuples isolés au monde."

Parojnai ne connaissait pas son âge, mais il devait avoir une cinquantaine d’années.
 
Communiqué : Survival 

Conférence : "Regards actuels sur la géologie des Alpes"

Prochaine conférence organisée par l'association scientifique ARNICA MONTANA :

 
Mercredi 14 mai 2008 à 20h30 la MJC de Briançon (Entrée libre) :
"Regards actuels sur la géologie des Alpes" par M. Jacques PAQUET, Professeur des Universités honoraire (Géologue).
"La connaissance géologique des Alpes est fondée sur les travaux de Géologues du 20e siècle qui ont accumulé de nombreuses données de Stratigraphie, de Sédimentologie, de Pétrologie et de Tectonique. Une riche cartographie géologique est disponible aujourd’hui. Depuis quelques dizaines d’années, la tectonique des plaques a permis de comprendre la formation des chaînes de montagnes à l’échelle du Globe. L’interprétation des Alpes franco-suisses a été ainsi clarifiée grâce à ces concepts globaux et grâce aussi à d’importantes découvertes jusqu’ici inédites. En un diaporama centré sur les Alpes du Briançonnais, de l’Embrunais et du Queyras, on montrera la richesse des faits géologiques de terrain et l’on accédera à la synthèse moderne et actualisée que l’on peut désormais en tirer. Les Hautes-Alpes s’avère être un lieu privilégié pour comprendre l’édifice alpin qui parcoure l’hémisphère nord, de l’Atlantique à l’Indonésie."
 
Jacques PAQUET

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu