Avertir le modérateur

06/11/2008

Nucléaire - Civaux : Greenpeace Poitiers livre une bouteille "d'eau radioactive" à la préfecture de la Vienne

gp_poitiers.jpgLe Centre Nucléaire de Production d’Electricité de Civaux a déposé une demande auprès de la préfecture  de la Vienne afin d’obtenir, entre autres, le droit d’augmenter ses rejets de Tritium dans l’eau de la Vienne, de 80.000 à 90.000 Gbq par an. Il sollicite aujourd’hui un droit permanent à rejeter plus et sans limitation de durée.

Dans le cadre de l’enquête publique ouverte par la préfecture sur ce « renouvellement des autorisations de prise d’eau, de rejets liquides et gazeux, radioactifs et non radioactifs, du Centre Nucléaire de Production d’Electricité de Civaux », et afin d’attirer l’attention de la préfecture sur la situation préoccupante des déchets nucléaires en France et de dénoncer cette demande, des militants de Greenpeace Poitiers ont déposé une bouteille d'eau censée contenir du Tritium à la préfecture. Néanmoins pour des raisons évidentes de radioprotection, la bouteille livrée ne contenait pas une telle eau.

Par cette interpellation symbolique, Greenpeace Poitiers entend susciter une prise de conscience de l’impasse nucléaire : la production de déchets radioactifs, notre incapacité à les traiter, leur très haute nocivité.

Le nucléaire propre et sûr est un mythe. En effet, le plutonium 239 est radioactif pendant plus de 24 000 ans. Quant à l'uranium 238, sa période de radioactivité s'étend sur plus de quatre milliards d'années. Après un demi-siècle d'existence, le nucléaire n'a toujours pas trouvé de solution viable à la gestion de ses déchets. En attendant, les déchets s'accumulent faisant peser une menace de plus en plus grande sur l'environnement et les générations futures. Il est temps de sortir de cette impasse : si l'industrie nucléaire n'a aucune solution viable pour ses déchets, elle doit arrêter d'en produire.

Pour Greenpeace Poitiers, plutôt que de gérer ou réduire ce problème, l’industrie et EDF, le plus gros producteur de déchets nucléaires au monde, n’ont que pour objectif de relancer la machine nucléaire. EDF devrait plutôt s’engager dans une politique réelle de mise en place des énergies renouvelables assortie d'une politique forte de réduction de la consommation d'énergie.

Greenpeace Poitiers propose donc de réduire l’énergie nucléaire produite et, par la même, des déchets radioactifs ainsi créés. Par ailleurs, l’organisation demande que la part des sommes allouées à la Recherche Publique en direction des énergies renouvelables soit considérablement revue, au profit par exemple de l'éolien off-shore, la France disposant du meilleur potentiel européen en la matière. Cette démarche doit s’accompagner de normes d'efficacité énergétique strictes pour tous les véhicules, bâtiments et appareils consommateurs d'énergie.

 

Source : Greenpeace Poitiers

 

05/11/2008

Baromètre du développement durable de Cohérence : 24 % des communes bretonnes auront répondu au questionnaire avant la fin de l’année !

Le Baromètre du développement durable et solidaire, imaginé par Cohérence, a pour objectif de permettre aux 1270 communes de Bretagne d’évaluer où elles en sont dans leur prise en compte du développement durable et solidaire. Il permet de recenser certaines pratiques déjà mises en place et d’apporter des éléments de réflexion pour engager d'autres actions, tout en créant un échange indispensable avec les citoyens.

Le Baromètre du développement durable et solidaire prend la forme d’un questionnaire qui est rempli conjointement par des élus municipaux et des représentants des associations locales.

Lancé en début d’année 2008, le Baromètre suscite l’intérêt de nombreuses collectivités et associations puisque déjà 109 communes y ont répondu et 197 s’apprêtent à y répondre avant la fin de l’année ce qui représentera 24% des communes bretonnes.

- Côtes d’Armor (19 réponses et 13 communes en cours de consultation)

- Finistère (37 réponses et 120 communes en cours de consultation)

- Ille-et-vilaine (35 réponses et 37 communes en cours de consultation)

- Morbihan (19 réponses et 27 communes en cours de consultation)

(cf liste des communes en annexe).

Cohérence tient à saluer l’engagement de tous et s’adresse à nouveau aux élus municipaux et aux associations locales pour qu’ils se rencontrent autour du Baromètre pour répondre ensemble aux questions.

Les réponses apportées par les communes seront mises en ligne et consultables sur Internet fin novembre.

Notre projet s’inscrit dans le futur car non seulement les réponses au questionnaire constituent un état des lieux qui servira à mesurer les évolutions futures.

Mais également parce que nos 114 questions préparent les Agenda 21 de demain !

Communiqué : Réseau Cohérence pour un développement durable et solidaire

 

Blanchiment écologique : Bouygues Brother « construit notre avenir »…

Agir pour l’Environnement proteste avec la dernière énergie à l’encontre de la dernière campagne publicitaire orchestrée par le groupe Bouygues, intitulée « construisons notre avenir ». Une fois encore, tous les arguments faussement écologiques semblent bons pour verdir l’image d’une entreprise peu connue pour son impact bénéfique sur l’environnement.

Au travers d’un site internet www.construirenotreavenir.com, le groupe Bouygues tente de mettre en avant quelques exemples censés illustrer la stratégie globale de l’entreprise, procédant par métonymie en mélangeant une fois encore la partie pour le tout.

Routes et autoroutes fragmentant les milieux naturels, augmentant le trafic routier responsable du dérèglement climatique, constructions et bâtiments privilégiant chauffage électrique et isolation au rabais, réseau de téléphonie mobile exposant des riverains à des champs électromagnétiques délétères, chaîne de télévision mélangeant publicité et contenu éditorial, esprit critique et cerveau disponible… les exemples sont légions venant infirmer le contenu d’une publicité qui fleure bon le blanchiment écologique.

Par « réaction en chaîne », Bouygues semble également lorgner sur le nucléaire civil et attend avec une avidité non dissimilée le temps où il pourra entrer dans le capital d’Areva. L’ensemble des activités couvertes par cet oligopole en font l’antithèse d’une société animée par une stratégie écologique.

Agir pour l’Environnement constate une fois encore que l’autocontrôle publicitaire a un arrière goût de laxisme et autorise un certain nombre de groupes particulièrement polluants à se racheter, à l’aide d’arguties publicitaires, une conscience écologique à bon compte et une façade verdâtre cachant mal un intérieur grisâtre.

Source : Agir pour l'environnement

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu