Avertir le modérateur

20/06/2008

Pérou : Une commission gouvernementale enquête sur les Indiens isolés

Pressé d'agir par l'opinion publique internationale qui s’est massivement mobilisée en faveur des Indiens isolés, le gouvernement péruvien vient de dépêcher une mission d’enquête dans une région reculée d'Amazonie.

Cette mission est la réponse du gouvernement péruvien à la récente publication de photos spectaculaires d'Indiens isolés prises au Brésil, près de la frontière péruvienne, qui ont fait la une des médias internationaux.

Il est probable que les Indiens photographiés par les fonctionnaires brésiliens vivent au Brésil de manière permanente, mais cette découverte a suscité de vives inquiétudes quant à l'impact de l'exploitation forestière illégale au Pérou sur les Indiens isolés vivant près de la frontière brésilienne.

On estime qu'environ 500 Indiens isolés vivent dans la région. Les autorités brésiliennes ont indiqué avoir déjà repéré des Indiens péruviens passer la frontière vers le Brésil, fuyant l'invasion de bûcherons illégaux sur leur territoire.

Plus de 1 300 lettres de protestation émanant du monde entier ont été adressées ces dernières semaines au gouvernement péruvien pour l'exhorter à mettre un terme à l'exploitation forestière illégale. Certains fonctionnaires en charge de la protection de cette zone reculée seraient eux-mêmes impliqués dans ce trafic.

Le chef du département péruvien des affaires indiennes (DGPOA) qui a envoyé la mission d’enquête en Amazonie, a déclaré à Survival : "Je tiens à féliciter votre organisation pour son combat en faveur Indiens isolés".

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : "Le fait que le gouvernement péruvien ait envoyé une mission d’enquête en Amazonie confirme le pouvoir considérable de l’opinion publique sur les gouvernements. Mais nous serons très attentifs aux conclusions de cette enquête afin d'être certains qu'il ne s'agit pas d'un simple effet d'annonce".

Pour en savoir plus sur les Indiens isolés au Pérou : http://www.survivalfrance.org/peuples/indiensisoles
 
Source : Survival

Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pérou, indiens, brésil, forêt | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/03/2008

Greenpeace : Le Galina III reste au large

Après son interception lundi 17 à 16h 30 par le navire de Greenpeace, l'Arctic Sunrise au large de Ouistreham, le Galina III a tourné dans la zone de pilotage du port avant de prendre le large vers 19h. Il a fait toute la nuit des ronds dans l'eau en baie de seine entre Cherbourg et le Havre, à 15 miles des côtes françaises, suivi de près par l'Arctic Sunrise. Les activistes de Greenpeace sont toujours à son bord.

« Pourquoi le Galina III s'enfuit et se réfugie dans les eaux internationales s'il n'a rien à se reprocher ?  s'interroge Grégoire Lejonc, chargé de campagne forêt à Greenpeace France.

Conformément au souhait de Greenpeace, la cargaison n'a pu être déchargée dans le port de Blainville-Caen. Les 5 activistes sont toujours à bord, dont 4 perchés dans les grues de déchargement. Le navire de Greenpeace, l'Arctic Sunrise, lui tourne toujours autour, tout comme un navire de la Marine Nationale. « Tant que de vraies preuves de la légalité de ce bois ne seront pas fournies, nous continuerons de nous interposer de façon non violente afin d'empêcher le déchargement – où qu'il soit -  de ce bois issu d'exploitations très suspectes en Amazonie ! » ajoute Grégoire Lejonc.

Les autorités françaises doivent ordonner au plus vite l'inspection de la cargaison de ce navire et travailler en partenariat avec les autorités brésiliennes afin que la lumière soit faite sur l'origine de la cargaison du Gallina III.

Source : Greenpeace France 

17/03/2008

Ouistreham : Greenpeace intercepte en mer une cargaison de bois suspecte en provenance du Brésil*

Ouistreham, le 17 mars 2008. A 16h 30, l'Arctic Sunrise, le navire de Greenpeace, vient d’ intercepter à quelques miles des côtes le Galina III, un cargo battant pavillon maltais en provenance du Brésil et chargé de bois. Trois activistes sont montés à bord et se sont attachés dans les grues. La cargaison à destination du port de Caen-Blainville provient d'exploitants forestiers s'illustrant depuis des années par leurs pratiques illégales en Amazonie. Greenpeace demande aux autorités françaises d’empêcher le déchargement jusqu’à ce qu’il ait obtenu du gouvernement brésilien les informations prouvant que le bois est légal et que les certificats présentés sont fiables.
 
Source : Greenpeace France 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu