Avertir le modérateur

08/01/2009

Vague de froid et record de consommation : chauffage électrique, mauvaise pioche !

Comme presque tous les hivers, des records de consommation électrique sont annoncés. Le froid actuel, bien qu’intense, n’atteint pourtant pas des niveaux extraordinaires ou alarmants pour nos régions. Comment se fait-il, alors même que la maîtrise de l’énergie est le mot d’ordre de ces derniers mois, que notre pays connaisse des pics de consommation tels que la coupure d’électricité soit frôlée ?

Le chauffage électrique est l’acteur principal des campagnes publicitaires de certains grands fournisseurs. L’exception française, qui réside dans un très important pourcentage de chauffages électriques, coûte très cher d’un point de vue environnemental, économique et social :
- environnemental car, contrairement à une idée répandue, le système électrique français exige de la production fossile (souvent importée d’Allemagne) pour répondre aux pointes de consommation générées par ce suréquipement en chauffage électrique ;
- économique car si la France exporte de l’électricité de base à bon marché, elle importe de l’électricité de pointe à un prix élevé. En effet, en moyenne en 2007, la France a acheté presque trois fois plus cher l’électricité qu’elle ne l’a vendue. (116 €/MWh à l’achat contre 45 €/MWh à la vente). Les consommations électriques destinées à produire de la chaleur valent beaucoup plus cher et sont donc subventionnées par les autres consommations d’électricité (dites spécifiques) ;
- social car les logements insuffisamment isolés et équipés de chauffages électriques (kWh plus cher que celui produit par les autres technologies) sont le lot commun des des ménages pauvres ou modestes. Ces dernières sont donc principalement touchées et sont bien souvent obligées de passer ces jours dans des conditions exécrables voire dangereuses pour la santé.

Lire la suite

06/01/2009

Pic de consommation électrique : Les Trois heures pour ma planète… C’est ce soir et demain soir !!!

La vague de grand froid qui recouvre actuellement la France augmente significativement les consommations électriques nationales. Faute de campagnes de maîtrise de l’énergie menées en amont de ces périodes de pointe, la France s’oblige à recourir à des moyens de production particulièrement polluants et dispendieux.

Nucléaire et chauffage électrique étant les deux faces d’une même pièce, la période de froid se traduit systématiquement par une explosion des consommations électriques. La politique française privilégiant, pour sa production d’électricité, le nucléaire se traduit ainsi par un gaspillage électrique généralisé qui a pour conséquence la production de déchets radioactifs et l’émission de gaz à effet de serre. A tel point que la France bat et devrait battre toute la semaine un bien triste record, en dépassant les 90 000 MW de puissance électrique appelée.

Lire la suite

12/12/2008

La Banque mondiale est illégitime pour gérer des fonds climat selon les Amis de la Terre

142 ONG militant pour la justice climatique publient aujourd’hui, lors des négociations des Nations unies sur le climat à Poznan, une déclaration commune refusant que la Banque mondiale intervienne dans la gestion des fonds climat internationaux (1). La Banque mondiale est en effet critiquée par les pays du Sud, antidémocratique, a un passif désastreux dans les énergies fossiles, et elle serait en outre juge et partie sur cette question. Pour les ONG, ce sont les Nations unies qui doivent gérer et contrôler les sommes que les pays riches doivent verser aux pays du Sud.

Lire la suite

Assurances françaises : changements climatiques garantis ?

A l’occasion de la conférence des Nations Unies sur le climat à Poznan, les Amis de la Terre France publient aujourd’hui le rapport « Assurances françaises : changements climatiques garantis ? » (1), première étude sur les 15 plus importants assureurs français (2) qui révèle qu’aucun ne dispose d’une politique climatique complète. Ce sont surtout les politiques de gestion d’actifs qui surprennent par leur laxisme en matière climatique et énergétique. La gestion d’actifs des assureurs français génère pourtant des émissions induites de 490 millions de tonnes de CO2, ce qui équivaut à 90 % des émissions totales de la France. Les pouvoirs publics se distinguent également par leur inaction : aucune réglementation ne fait le lien entre climat, énergie et gestion d’actifs. Les investissements climaticides ont-ils encore de beaux jours devant eux ?

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu