Avertir le modérateur

29/11/2008

Journée nationale "Ni nucléaire, ni effet de serre" : Greenpeace tire la sonnette d'alarme

Selon Greenpeace, au-delà de deux petits degrés, les changements climatiques deviendront incontrôlables. Inondations, fonte de la banquise, canicules, disparition d’espèces vivantes, etc.

L'oganisation profite de la Journée nationale "Ni nucléaire, ni effet de serre" pour rappeler que "contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire, le nucléaire n’est pas la solution à l’effet de serre. Tous les experts sont d’accord : relancer massivement le nucléaire au niveau mondial ne nous permettrait de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 9 % seulement en 2030 ! Le nucléaire, c’est trop tard, trop cher, trop risqué !"

Et explique que la crise économique "ne doit pas servir d’excuse pour ne pas prendre des mesures fortes en matière climatique. Selon l’économiste britannique Nicholas Stern, ne rien faire pour contenir le dérèglement du climat nous coûtera… 5 500 milliards d’euros ! Un programme ambitieux de développement de l’efficacité énergétique et des renouvelables répond à la fois aux enjeux environnementaux, à la crise financière, à la défense du pouvoir d’achat des ménages, au chômage et à la problématique de l’indépendance énergétique."

Source : Greenpeace France

Journée nationale "Ni nucléaire, ni effet de serre" : Action originale de Greenpeace Poitiers contre le nucléaire

ndf.jpg« Vous porteriez vous volontaire pour être liquidateurs* en cas d’accident nucléaire ? »

C’est avec cette question que les militants de Greenpeace Poitiers ont abordé les passants ce samedi dans les rues de Poitiers. Derrière les costumes de la société fictive « Nucléaire de France », ces faux représentants ont proposé aux personnes qu’elles ont rencontré de s’engager à devenir liquidateur volontaire : « La France est le pays le plus nucléarisé au monde, une énergie d’avenir !! Une énergie aujourd’hui fiable et maîtrisée… ou presque. Le risque est faible mais existant, il est donc important d’anticiper : Nucléaire de France lance une campagne de recrutement : soyez volontaire pour être liquidateurs volontaires en cas d’accident nucléaire à Civaux ! »

Il s'agit en réalité d'une action d’interpellation détournée pour rappeler, dans le cadre de la journée mondiale du climat, que le nucléaire ne constitue aucunement une solution au réchauffement climatique. La filière nucléaire rejette en effet des volumes de CO2 non négligeables, dès lors que sont pris en compte la construction et le démantèlement des installations, ainsi que le cycle de vie du combustible.

Greenpeace Poitiers souligne de plus les risques liés à l’énergie nucléaire : le transport des déchets radioactifs, la gestion des déchets et leurs retraitements, la pollution radioactive... Le nucléaire propre et sûr est un mythe.

- La lutte contre le changement climatique devrait contribuer à sauver la planète. Comment viser un tel objectif en utilisant une énergie aussi dangereuse et polluante ?

- Le réchauffement climatique s’attaque d’ailleurs lui-même au nucléaire : lors des périodes de chaleurs estivales, les réacteurs situés en bordure de rivière doivent être arrêtés.


Selon l'organisation, les mesures qui s’imposent et qui permettront à la fois de lutter contre le changement climatique et de sortir du nucléaire sont :
-> la réduction de la consommation d’énergie ;
-> l’efficacité énergétique (consommer moins pour le même confort) ;
-> le développement massif des énergies renouvelables.

Le risque zéro n’existe pas, et EDF le concède lui-même. Une catastrophe nucléaire est donc possible aujourd’hui en France, pays le plus nucléarisé au monde. Les incidents nucléaires existent et se multiplient. A ce jour, l’Autorité de Sûreté du Nucléaire fait état de 44 incidents à la centrale nucléaire de Civaux entre 2000 et 2008. A quand un accident ?

 

*  Les liquidateurs sont les personnes qui en ex-URSS ont travaillé à la décontamination du site de la catastrophe de Tchernobyl ainsi qu’à la construction du sarcophage recouvrant le réacteur nucléaire en fusion. Ils sont entre 600 000 et 800 000 à y avoir participé.

Source : Greenpeace Poitiers

 

25/11/2008

Energie : Alerte électrique du mardi 25 au vendredi 28 entre 18h et 20h

Moins consommer, mieux consommer !

 

La France est depuis quelques jours soumise à une période de froid, propice aux pointes de consommation électrique, notamment en milieu et surtout fin de journée entre 18h et 20h.

Durant ces quelques heures, la brutale augmentation de la demande électrique oblige les producteurs d’électricité à faire appel à des capacités de production fioul, charbon et gaz, particulièrement climaticides. Le manque de flexibilité des unités de production électronucléaire n’est pas à même de répondre à cette demande électrique, rendant le kWh électrique français tout à la fois radioactif et climaticide !

Le manque d’anticipation des autorités publiques visant à lisser les pics de consommation électrique oblige la France à sur-dimensionner son réseau de transport de l’électricité ainsi que ses capacités de production et ce pour quelques heures par an. Cet attentisme français est un non-sens économique et écologique dont la vocation à peine cachée est de justifier de nouvelles capacités de production nucléaire inutiles 99,9% du temps.

Face à l’absence circonstanciée de l’Etat, Agir pour l’Environnement appelle les citoyens à réduire ou reporter certains usages électriques non essentiels afin de lisser les pointes de consommation, du mardi 25 au vendredi 28 entre 12h et 13h et entre 18h et 20h. Parce que l’exemplarité ne doit pas être l’apanage des seuls citoyens, les collectivités locales doivent restreindre les illuminations de Noël durant cette période bien spécifique, moyen simple et rapide de réduire de quelques pourcents la consommation électrique française.

Indépendamment de ces périodes bien spécifiques, Agir pour l’Environnement attend encore une grande campagne de maîtrise de l’énergie et de promotion de l’efficacité énergétique. L’option nucléaire française incite les autorités publiques nationales à ne rien entreprendre qui serait de nature à réduire la demande électrique. Face à cette ambition politique implicite, Agir pour l’Environnement appelle à participer massivement aux rassemblements organisés à l’occasion de la journée d’action du 29 novembre 2008, intitulée « Ni nucléaire, ni effet de serre » (Plus d’infos sur : http://ninucleaire-nieffetdeserre.org/spip.php?rubrique25 ).

 

 

Source : Agir pour l'environnement

20/11/2008

EcoWatt en Bretagne : Une opération à généraliser à tout le territoire national

En date du 12 novembre, le Réseau de Transport de l’Electricité, la Région Bretagne et l’Ademe ont invité les citoyens bretons à s’inscrire sur un site www.ouest-ecowatt.com, leur permettant de recevoir une alerte les invitant à reporter certains usages électriques durant les pics de consommation électrique intervenant épisodiquement entre 17h et 20h.

 

 

L’association Agir pour l'Environnement salue cette initiative qu’elle appelait de ses vœux depuis plusieurs années. En agissant en faveur d’un lissage des pointes de consommation, ces institutions tentent ainsi de responsabiliser les consommateurs d’électricité à l’impact climatique des kWh consommés en période de forte consommation. Chaque kWh supplémentaire, en période de forte consommation, consacré à l’éclairage a, par exemple, un bilan carbone avoisinant les 600 à 700 grammes de CO2.

 

 

Agir pour l'Environnement constate avec enthousiasme que le Réseau de Transport de l’Electricité est en train d’effectuer sa mue en prenant enfin en compte l’intérêt écologique et économique à mieux rationaliser les infrastructures existantes en lissant les pics de consommation.

 

 

Les pointes de consommation électrique nécessitent le recours à de vieilles centrales fioul et charbon, particulièrement climaticides, aptes à suivre ces brusques pointes de consommation et imposent un surdimensionnement des capacités de production et infrastructures de transport de l’électricité et ce pour quelques heures par an.

 

 

La France consomme en moyenne annuelle 60.000 MW tout en étant dotée de capacités de production dépassant les 110.000 MW. En lissant les pics de consommation tout en menant à bien une grande politique de maîtrise de l’énergie, l’inutilité de nouvelles capacités de production électronucléaires (fournissant à notre pays une électricité de base déjà largement excédentaire) apparaîtra avec encore plus d’acuité.



Agir pour l'Environnement appelle le Ministre de l’Ecologie ainsi que les Régions à généraliser le plus rapidement possible cette initiative à tout le territoire national. L’association espère que les collectivités locales auront à cœur de suivre cet exemple en adoptant des arrêtés municipaux limitant les éclairages inutiles et publicités lumineuses en cas de pointes de consommation.



Agir pour l'Environnement appelle également l’ensemble des citoyens à limiter, dès à présent, les consommations électriques inutiles, tout au long de l’année et ce afin d’adopter un comportement écologique responsable.

 

 

Source : Agir pour l'environnement

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu