Avertir le modérateur

12/12/2008

Autorisation des OGM : les ministres européens de l'environnement donnent un bon signal à confirmer dans les faits

Malgré les efforts d'un petit groupe de pays pour saboter la discussion, les ministres européens de l'environnement ont envoyé hier un message fort en réclamant une amélioration de l'évaluation des impacts des organismes génétiquement modifiés (OGM). Ce Conseil des ministres marque la fin de six mois de débats sur les OGM initiés par la Présidence française.

Lire la suite

05/12/2008

Greenpeace sort son guide pour un noël sans OGM

2804787.jpgGreenpeace publie aujourd'hui un guide des produits avec et sans OGM centré sur les produits symboliques des fêtes de fin d'année. Foies gras, saumons d'élevages, volailles, fromages sont passés au crible. Le marché se partage clairement entre les filières dont les animaux sont nourris aux OGM et celles qui font l'effort de les exclure : le bio, certaines AOC et labels de qualité... De nombreux fromages AOC (Cantal, Reblochon, Comté ou Gruyère) ont fait cette démarche, ainsi que de gros producteurs de volailles comme Loué. En revanche, on ne peut que regretter que des groupes comme Doux, Riches Monts ou Fauchon restent sourds aux demandes des consommateurs.

Lire la suite

01/12/2008

ETATS-UNIS – Obama soutient les PGM

Le candidat du parti démocrate à l’élection présidentielle aux Etats-Unis, Barack Obama, a affiché sa position sur la modification génétique des plantes [1] : "les avancées dans les modifications génétiques des plantes ont apporté d’énormes bénéfices aux agriculteurs états-uniens". Le candidat fait le choix d’introduire sa position par une affirmation pour le moins radicale aux vues des nombreuses demandes, non satisfaites, d’études socio-économiques des bénéfices et coûts des cultures GM. Sa position en elle-même est assez courte et claire : "Je crois que nous pouvons continuer à modifier les plantes en toute sécurité avec les nouvelles méthodes génétiques, encadrées par des analyses poussées des effets sur la santé et sur l’environnement et par une législation plus forte basée sur les meilleurs avis scientifiques disponibles". Il est à souligner que Barack Obama a choisi parmi ses conseillers scientifiques Gilbert Ommen, un ancien directeur de Monsanto [2].


[1] http://www.sciencedebate2008.com/www/index.php?id=40

[2] http://blog.wired.com/wiredscience/2008/09/obama-campaign...

Auteur : Erice Meunier

Source : Inf'OGM

12/11/2008

Maïs OGM : baisse de la fertilité

Le 11 novembre, les résultats d’une étude de nourrissage avec des produits OGM ont été présentés dans les locaux de l’Agence autrichienne pour la Santé et la Sécurité Alimentaire. Pour Christian Berdot qui suit la campagne OGM pour les Amis de la Terre France, il s’agit d’un avertissement sérieux : « Bien que l’Agence Européenne pour la Sécurité Alimentaire ait toujours certifié que le maïs MON810 ne pose aucun risque, cette étude autrichienne de nourrissage montre des effets physiologiques dus à la nourriture OGM, que l’industrie a toujours niés. Les résultats démontrent des effets négatifs sur la fertilité et des modifications des organes. Cette étude est une preuve supplémentaire que la clause de sauvegarde doit être appliquée au maïs MON810. »

Cette étude de nourrissage a été menée, à la demande du Ministère autrichien de la Santé, sous la direction du professeur de l’Université de Médecine Vétérinaire de Vienne, le Dr Jürgen Zentek. Les résultats de cette étude ont montré que les souris qui ont été nourries en continu pendant 20 semaines avec une variété de maïs OGM - le NK603xMON810 de Monsanto, autorisé comme aliment pour animaux et humains depuis 2007 - avaient, en comparaison avec un groupe de contrôle, un nombre significativement plus bas de portées et de petits, notamment à partir des troisième et quatrième générations. De plus, les petits des souris nourries avec le maïs GM avaient un poids significativement moindre. Cette étude multi-générationnelle (les descendants femelles furent accouplés) démontre des modifications des organes après le nourrissage avec le maïs OGM.

Cette étude met d’autre part, une fois de plus en question le sérieux des avis de l’Agence Européenne de Sécurité Alimentaire (AESA ou bien EFSA en anglais). La procédure d’autorisation actuelle avait déclaré cet OGM comme ne présentant aucun danger.

Pour Christian Berdot : « L’AESA laisse passer, sans se poser de questions, les demandes d’autorisation d’OGM. Depuis qu’elle existe, elle a systématiquement donné un avis favorable à tous les dossiers qui lui ont été présentés par les industriels. De toute évidence, l’évaluation des risques par l’AESA est basée, sur des erreurs d’appréciation et les avis que l’AESA a prononcés, doivent être revus, les autorisations gelées et réexaminées sous ce nouvel éclairage. Quant à l’Agence Européenne de Sécurité Alimentaire, elle même, il est temps de refuser son parti pris pro-industrie (1) et de la réformer en profondeur. »

Nos collègues des Amis de la Terre Autriche (GLOBAL 2000) saluent expressément la décision du ministère autrichien de commander cette étude. Comme le souligne Jens Karg qui suit le dossier OGM : « Une fois de plus, lorsqu’on prend la peine d’aller au-delà des dossiers fournis par l’industrie, les résultats des études montrent un tout autre tableau. Malheureusement, la quasi totalité des études sur les risques liés aux plantes OGM est menée par les industries des biotechnologies et il n’y a pour ainsi dire aucune évaluation des risques indépendante. Cette étude démontre aussi la nécessité de renforcer la recherche indépendante sur les risques afin de protéger la santé des citoyens et l’environnement. »

(1) Voir la traduction en français du rapport des Amis de la Terre/Friends of the Earth Europe dénonçant les conflits d’intérêts qui règnent au sein de l’ASEA. Même si certaines personnes ont changé, les problèmes demeurent : « OGM et Agence européenne : la prudence jetée aux orties », http://www.amisdelaterre.org/article.php3 ?id_article=1341


Nos collègues de Global 2000 (Amis de la Terre Autriche) ont enfin pu obtenir le document en question*. Il semblerait que certains responsables autrichiens ne souhaitaient pas qu’il soit rendu public. Il semble aussi que des pressions fortes soient exercées sur le scientifque pour lui faire "réécrire" ses conclusions.

 

* Biological effects of transgenic maize NK603xMON810 fed in long term reproduction studies in mice. October 2008 par Dr. A. Velimirov, Dr. C. Binter , Univ. Prof. Dr. J. Zentek
Etude de nourrissage de souris avec du maïs NK603xMon810 montrant une baisse de la fertilité et des modifications des organes chez les souris.

 

Source : Les Amis de la Terre

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu