Avertir le modérateur

06/03/2008

Municipales - Vienne : Qui présente un programme écolo ?

Dans la perspective des élections municipales, les bénévoles de Greenpeace Poitiers ont interpellé les candidats têtes de listes aux mairies de Buxerolles, Loudun, Châtellerault, Chauvigny et Montmorillon, afin de leur proposer se s’engager sur dix mesures visant à rendre leur commune plus éco-responsables. Découvrez qui de nos candidats, s’il est élu, s’engage à être un maire éco-responsable...

« Serez vous un maire éco-responsable ? »

Ces dix mesures correspondent aux domaines de compétences qui relèvent des municipalités et concernent trois thématiques : lutte contre les changements climatiques, la préservation de la biodiversité et la lutte contre les OGM.

 

Poitiers

Stéphane BRACONNIER UMP
Bravo, voilà un candidat qui est en accord avec les solutions proposées par Greenpeace. Reste à espérer que s'il est élu, il mettra en place un programme aussi ambitieux.
Alain CLAEYS PS
Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace.
Philippe MAHOU MODEM
Bravo, voilà un candidat qui est en accord avec les solutions proposées par Greenpeace. Reste à espérer que s'il est élu, il mettra en place un programme aussi ambitieux.

Buxerolles

Michel MARTIN

Bruno MORCEAU

Jean Marie PARATTE

Châtellerault

Jean Pierre ABELIN

Philippe RABIT

Joël TONDUSSON

Chauvigny

Michel BAUDRY

Gérard HERBERT

Sylvie PAILLER

Loudun

Joël DAZAS

Pierre LANTIER
Montmorillon

Guy GEVAUDAN

Yves BOULOUX




BUXEROLLES - Michel MARTIN

Ce candidat soutient sur le principe la plupart des propositions de Greenpeace mais ne s'engage pas sur certaines mesures précises. Peut mieux faire !

Voici quelques éléments de réponse apportés par le candidat :

  • Réduction de la consommation énergétique des bâtiments municipaux


 

BUXEROLLES - Bruno MORCEAU

Bravo, voilà un candidat qui est en accord avec les solutions proposées par Greenpeace. Reste à espérer que s'il est élu, il mettra en place un programme aussi ambitieux.

Voici quelques éléments de réponse apportés par le candidat :

 

  • Renouvellement du parc automobile en tenant compte des critères environnementaux (réduction maximum du CO²/km)
  • Part croissante des produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration scolaire
  • Doter la collectivité d’un plan de développement dans les énergies renouvelables afin qu’elle produise 23% de ses consommations en propre d’ici 2020


 

BUXEROLLES - Jean Marie PARATTE

Bravo, voilà un candidat qui est en accord avec les solutions proposées par Greenpeace. Reste à espérer que s'il est élu, il mettra en place un programme aussi ambitieux.

Voici quelques éléments de réponse apportés par le candidat :

 

  • Adoption d’un agenda 21 d’ici fin 2008
  • Lancement d’une politique d’achat durable
  • Clauses environnementales et équitables dans les marchés publics passés avec la ville
  • Bilan Carbone des équipements communaux
  • Développement voies cyclables et piétonnes


 

CHATELLERAULT - Jean Pierre ABELIN

Ce candidat soutient sur le principe la plupart des propositions de Greenpeace mais ne s'engage pas sur certaines mesures précises. Peut mieux faire !

Voici quelques éléments de réponse apportés par le candidat :

 

  • Mise en place d’un plan de déplacements urbains
  • Encourager les modes de transports alternatifs
  • Mise en place un plan d’économies d’énergie et d’eau dans les bâtiments et logements sociaux de la ville et pour l’éclairage public
  • Pas d’engagement dans la lutte contre la déforestation, « mais pourquoi pas l’intégrer dans les cahiers des charges des achats publics eco-responsables. Tout dépendra également des finances locales ».


 

CHATELLERAULT - Philippe RABIT

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

CHATELLERAULT - Joël TONDUSSON

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

CHAUVIGNY - Michel BAUDRY

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

CHAUVIGNY - Gérard HERBERT

Ce candidat soutient sur le principe la plupart des propositions de Greenpeace mais ne s'engage pas sur certaines mesures précises. Peut mieux faire !

Voici quelques éléments de réponse apportés par le candidat :

- Achat de véhicules et bicyclettes électriques (conçus et fabriqués localement)
- Etude concernant l'installation de lampadaires photovoltaïques et éoliens
- Diagnostic énergétique de l'ensemble des bâtiments existants

 

CHAUVIGNY - Sylvie PAILLER

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

LOUDUN - Joël DAZAS

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

LOUDUN - Pierre LANTIER

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

MONTMORILLON - Guy GEVAUDAN

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

MONTMORILLON - Yves BOULOUX

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

25/02/2008

Un Plan Climat Energie Territorial dans ma collectivité

Les élections municipales approchent : il est temps de scruter les programmes des candidats. Dans ce cadre, le Réseau Action Climat appelle les candidats aux élections municipales à s’engager pour la mise en place d’un Plan Climat Energie Territorial sur leur collectivité.

Plus d’info sur le site du RAC

 

Les collectivités territoriales sont directement responsables de 15 % (1) des émissions de gaz à effet de serre via la gestion de leur patrimoine et de leurs domaines de compétence (transports, déchets, assainissement, gestion des espaces verts, etc.). Cette responsabilité est estimée à plus de 25 % avec les effets indirects de leurs orientations en matière d’habitat, d’aménagement, d’urbanisme et de transport.

L’élaboration d’un Plan climat énergie territorial (PCET) permet de lutter efficacement contre les changements climatiques, d’adapter les territoires à ses impacts et d’anticiper les probables obligations réglementaires, notamment celles discutées lors du Grenelle de l’environnement.
Les différents candidats doivent donc s’engager à mettre en œuvre un PCET en cas de succès au scrutin de 2008.

Objectif : Faire de la lutte contre les changements climatiques une priorité au sein des collectivités territoriales
Cette campagne souhaite obtenir des engagements clairs de la part des candidats aux élections municipales 2008 pour qu’ils intégrent dans leurs programmes électoraux la réalisation d’un PCET ambitieux en termes d’objectifs de réduction d’émissions et d’adaptation aux effets des changements climatiques.

Mesure : Élaboration d’un PCET ambitieux
Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 3 % par an en moyenne pour atteindre - 30 % en 2020, puis la division par 4 en 2050 (“Facteur 4”).
Le cas échéant : faire pression au sein du conseil d’Etablissement public de coopération intercommunale (EPCI) de votre commune pour l’adoption d’une stratégie climat.
L’objectif est d’apporter cohérence et coordination aux différentes initiatives au sein des communes membres, en élargissant les actions aux domaines de compétences propres à l’EPCI.

1 - Mission interministerielle sur l’effet de serre, novembre 2005. 

Source : Réseau Action Climat et les Amis de la Terre 

3.000 logements sociaux par an en accession à la propriété : le gaspillage énergétique distribué aux pauvres

Transformer les locataires pour faire une France de propriétaires : conformément au souhait présidentiel, la ministre du Logement et de la Ville Christine Boutin a signé avec la Fédération des sociétés d’économie mixte (Sem) un accord visant à proposer 3.000 logements sociaux en accession à la propriété chaque année.

L’objectif est « très ambitieux », a reconnu Christine Boutin lors de la signature mercredi d’un accord avec la Fédération des sociétés d’économie mixte (Sem). Les Sem s’y engagent à proposer l’accession à la propriété aux locataires de 3.000 logements sociaux (soit environ 1% de leur parc immobilier) chaque année.

Les 262 Sem qui gèrent en France 480.000 logements s’engagent par ce contrat à multiplier par dix le nombre de logements proposés actuellement à la vente. L’accord, qui porte sur trois ans, prévoit aussi la construction par les Sem de 91.000 logements chaque année. Le président de la fédération des Sem Jean-Pierre Schosteck a reconnu que ce processus était une « nécessité ». De son côté Christine Boutin, qui concède que « la crise du logement ne sera pas résolue avec la vente de 3.000 logements sociaux », a annoncé pour le printemps un projet de loi pour « une politique du logement du XXIe siècle ».

Des logements sociaux de mauvaise qualité thermique

Le gouvernement se dépêche de mettre en vente une grande quantité de logements sociaux, souvent de mauvaise qualité, en particulier thermique et acoustique. Le gouvernement sait déjà, si tout se passe bien, que les rénovations thermiques vont devenir obligatoires lors des transactions immobilières (c’est un des résultats du Grenelle de l’environnement). Or, ces ventes auront lieu avant la mise en place de la législation (qui ne sera pas effective avant 2015, à priori).

Cyrielle den Hartigh, chargée de campagne Changements Climatiques aux Amis de la Terre déclare : "Les nouveaux propriétaires, plutôt modestes, vont intégrer des logements qui leur coûteront très cher en énergie, et dont ils n’auront pas les moyens d’effectuer la rénovation thermique. Cette disposition va à l’encontre de la volonté affichée tout le long du Grenelle de l’environnement !"

De plus, ces mises en ventes vont supprimer des logements sociaux, pourtant manquant aujourd’hui. Comment les organismes HLM et la Caisse des Dépôts et Consignation vont-ils réussir à combler le manque de logements sociaux si en plus, il y en a 3000 en moins chaque année ?

Les Amis de la Terre espère donc que l’Etat, même s’il ne l’annonce pas, effectuera la rénovation thermique à 80 kWh/m²/an de tous ces logements sociaux mis en vente.

Sources : Les Amis de la Terre
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu