Avertir le modérateur

15/11/2008

Petites infos d'Ecolopresse - 01

- Pour commencer, et pour la première fois en fiction, le film d'un accident nucléaire en France.

Si vous voulez prendre conscience de ce qu'EDF ne nous dit surtout pas … ne ratez pas la rediffusion de ce film sur ARTE : ce samedi 15 novembre à 15h55. Sinon, vous pouvez aussi le visionner sur le site d'Arté (mais uniquement jusqu'au vendredi 14/11 à 21h)

- Géniiiiial ! Une société américaine vient de mettre sur le marché un réacteur nucléaire miniaturisé, gros comme une cuve à mazout, et capable d'alimenter 20000 foyers (ce qui veut donc dire beaucoup plus dans les autres pays du monde), et ce pour « seulement » 20 M° d'€.
Il manque encore bien des détails techniques pour se faire une idée précise des performances et des dangers potentiels mais Hyperion n'est pas le 1er à plancher sur ce sujet car Toshiba a déjà testé un réacteur baptisé 4S (Super Safe, Small and Simple, appréciez le Super Slogan Sympa ! ) de petite taille mais toutefois nettement plus grand que celui-ci. : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/physique-1/d/des...

- Toujours dans le même ordre d'idée, voici l'inventaire des pollutions radioactives en France

Après les accidents nucléaires de cet été dans le Tricastin, Capital a dressé un inventaire des pollutions radioactives dans l'Hexagone. Le magazine a localisé et décortiqué ces dizaines de sites qui contaminent en silence notre pays.

Ce dossier exclusif fait froid dans le dos : sites de production de radium à usage médical, fermés dans l'entre deux guerres mais toujours pas assainis ; anciennes mines d'uranium françaises, qui ont éparpillé des millions de tonnes de résidus dans leur environnement ; usines chimiques qui ont utilisé des matières 1ères naturellement radioactives ; décharges publiques qui ont entassé des déchets nucléaires... il existe en France plusieurs centaines d'endroits contaminés. Si aucun ne présente évidemment un risque majeur pour les populations, une quarantaine d'entre eux sont tout de même à éviter.
http://www.capital.fr/Actualite/prolongement-magazine/nuc...

Et pour enrichir ce dossier sensible, Capital.fr publie six documents de référence :
Les anciennes mines d'uranium n'ont pas fini de nous empoisonner : l'inventaire «Mimausa» des 210 anciennes mines d'uranium françaises dressé par l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN)
Ville par ville, découvrez les zones radioactives près de chez vous : l'inventaire des déchets radioactifs établi par l'ANDRA, l'agence nationale chargée de leur surveillance et du stockage des + toxiques
Centrales EDF, des incidents par centaines : l'appréciation, souvent critique, portée par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur chacune des 19 centrales électronucléaires d'EDF
Mine des Bois noirs, cas d'école d'une contamination : le relevé des dépôts radioactifs disséminés jusqu'en 1980 par la mine de Saint-Priest-la-Prugne (Loire), effectué par l'Université de Grenoble
Mururoa, Fangataufa, deux poubelles paradisiaques : le rapport de la commission d'enquête de l'Assemblée de la Polynésie française sur les essais nucléaires aériens, publié par la Crii-Rad
La contamination locale booste la fréquence des cancers : étude de l'évolution des cancers autour de l'usine contaminée de Pargny-sur-Saulx (Marne), réalisée par le centre anti-cancer de Villejuif.

- Ca suffit avec le nucléaire ? Ok, je peux comprendre … Bon alors, sinon, toujours en France, une petite entreprise dénommée ASHELVEA et située dans le Tarn (à Graulhet), a créé un ordinateur avec une coque en bio-plastique compostable (à base d'acide polylactique : amidon). Tous les éléments sont produits dans les environs proches (Tarn, Aveyron) et dans les composants, ni cadmiun, plomb ou mercure... et en plus il semble consommer 20% à 30% d'énergie en moins. Les ordis sont aussi récupérés et recyclés par la boite. Hein ?! En France on n'a peut-être pas de pétrole mais on a du nucléai … heu … des idées, oui c'est ça, on a des idées ! : http://www.ashelvea.com/Flash/maison.html


- L'appel du collectif « Semons la biodiversité »

Les 27 et 28 octobre derniers, plusieurs centaines d'organisations et de citoyens se sont mobilisés sur les thèmes de l'évaluation de l'impact des OGM, de la réglementation européenne sur les semences et des droits des paysans et jardiniers en particulier.

En effet, tous les échanges de semences paysannes, même à titre gratuit, sont interdits par la législation française alors qu'ils sont indispensables à la survie de la biodiversité.

Il est possible de télécharger les comptes rendus du colloque, de la réunion publique, de la déclaration commune adoptée le 27 octobre dernier à Paris par le collectif et de signer l'appel en suivant le lien suivant : http://semonslabiodiversite.org/

- Des professionnels des services publics de Psychiatrie Infanto-Juvénile, ainsi que d'autres professionnels de l'enfance, inquiets de la situation actuelle des enfants de parents sans papiers, alertent sur la difficulté grandissante d'accès aux soins et sur le risque d'une remise en question de l'acceptation de l'Aide Médicale d'Etat augmente pour les étrangers sans papiers. De plus, la peur d'être appréhendé dans les lieux de soins et sur les trajets fait obstacle à la demande et à la continuité des soins, sans compter les répercussions graves pour les enfants et leurs familles (insécurité matérielle et psychique, problèmes éthiques liés à la présence d'enfants dans les centres de rétention et à la privation de liberté de ceux-ci …). Bref, il s'agit d'une cyber-pétition appelant au respect de tous les enfants vivant sur le territoire français :http://enfantsdesanspapiers.free.fr/

- Le comité de soutien aux prisonniers et réfugiés politiques, « Libérez-les ! », a récemment dénoncé l'intervention, au sein de la population de sans-papiers de Calais, de troupes casquées et armées soutenues par des hélicoptères munies de projecteurs et qui ont procédé à la rafle de 57 réfugiés politiques afghans dans une très grande violence. Si vous voulez en savoir plus ...

http://www.liberez-les.info/


- Plus léger, pour les amoureux du corps humains ou les curieux du comment-que-c'est-foutu-à-l'intérieur-de-nous-autres, l'éditeur Argosy Publishing met gratuitement à dispo une version de son logiciel à explorer le corps : www.visiblebody.com

- Sinon, un p'tit jeu instructif : Clim'City. Il s'agit de se déplacer et d'agir à l'échelle d'une ville virtuelle, permettant ainsi de comprendre comment notre mode de vie modifie notre environnement ... En cliquant on peut savoir quels impacts ont nos activités sur l'environnement, et on peut adapter notre comportement afin de minimiser les modifications à venir.

http://www.cap-sciences.net/climcity/index.html#h

 

- Petit intermède musical maintenant : écoutez « Dark Ozy », l'empereur du côté obscur de la force …
http://www.myspace.com/shoneconnerie


- C'est bientôt fini, mais avant d'aller vous coucher, laissez moi partager avec vous un terrible secret : je suis un super héros ! Si vous ne me croyez pas, jetez un œil sur cette vidéo et devenez en un à votre tour : http://www.makemesuper.com/r.php?i=8_037b8-095504-m-Thoma

 

Auteur : Thomas R.

Sources : Web

28/10/2008

Pollution de l’estuaire de la Loire par TOTAL : FNE désespère

6 mois après une première pollution très importante liée à la rupture d’une canalisation (déversement de plus de 400 tonnes de fuel lourd), un nouvel incident technique survenu le 22 octobre vers 20h30 sur le site Total a entraîné le rejet dans la Loire d’environ 10 m3 de fuel. C'est la goutte de fuel qui fait déborder le vase. Sentiment de RAS LE BOL des associations.

Encore un coup dur pour la nature. Ce nouveau rejet dans ce site d’importance internationale pour l’hivernage et les haltes migratoires des oiseaux, est inadmissible pour les associations de protection de l’environnement qui désespèrent de voir ce groupe changer d’attitude.

Bernard Rousseau, responsable des politiques Eau à FNE, rappelle que « ces déversements ponctuels ont un impact considérable, et pas uniquement local, sur tout l’écosystème. Ils viennent annuler les efforts financiers et de lutte contre la pollution entrepris sur tout le bassin de la Loire depuis de très nombreuses années. »

La stratégie du Greenwashing. Malgré les incidents qui se succèdent, Total ne semble toujours pas mesurer toujours pas la nécessité d’investir durablement dans des installations permettant ainsi d’éviter les pollutions.

Sophie Bardet, chargée de mission au réseau juridique de FNE, souligne : « La société Total ferait mieux d’investir dans la sécurité industrielle plutôt que dans la publicité verte ! Le discours de cette société sur ses efforts entrepris pour l’environnement est à nouveau démenti d’une façon tragique. Ce nouvel incident technique démontre que toutes les précautions n’ont pas été prises et que le groupe ne tient pas compte des erreurs passées et des précédentes pollutions dont il est à l’origine. »

TOTALement irresponsable ! Marc Sénant, chargé de mission sur les risques industriels à FNE, souligne : « Comment accepter de la part d’un groupe avec un chiffre d’affaires de 43 Milliards d’euros en 2007 une absence manifestement insuffisante d’investissement dans la prévention ? Cette pollution rappelle tristement la catastrophe de l’Erika, dont la cause principale était, une fois encore, la vétusté du navire affrété par Total. Cette attitude est « TOTALement » irresponsable et inacceptable ».

Quel contrôle ? Quelle information ? FNE note que, comme d’habitude, nous sommes dépendants des communiqués de presse de la Société Total et des informations que celle-ci veut bien dispenser. FNE attend que l’Etat assume réellement et fermement ses pouvoirs de police et de contrôle et en rende compte.

Source : FNE

09/07/2008

Enterrement de la directive sur les sols pollués : il ne reste plus beaucoup de temps pour lutter pour la santé publique et le principe pollueur payeur !

La Présidence française de l’Union européenne s’oriente vers un enterrement de première classe de la proposition de directive sur les sols en dépit d’enjeux sanitaires et environnementaux majeurs. Réaction.

Un enjeu de santé publique

FNE souligne que la présence de polluants et produits toxiques comporte des risques sanitaires pour les populations exposées. Une législation draconienne qui permet un inventaire précis des sites, une caractérisation de leurs risques et une obligation de dépollution est un impératif de santé publique. Nous sommes toutes et tous concerné(e)s !

Dans une communication du 22 septembre 2006, la Commission européenne a lourdement insisté sur l’enjeu de santé publique que représente la protection des sols :
« une action au niveau de l'Union Européenne aura également une valeur ajoutée en contribuant à la protection de la santé des citoyens européens qui peut être affectée de différentes manières en raison de la dégradation des sols, par exemple en raison d'une exposition aux contaminants du sol par ingestion directe (dans le cas d'enfants dans une plaine de jeux) ou par absorption indirecte (consommation d'aliments ou d'eau potable contaminés). Les glissements de terrain aussi peuvent faire des victimes. »

La proposition de directive précise elle-même dans son exposé des motifs :
« La dégradation des sols peut affecter de diverses façons la santé des européens, notamment par exposition directe ou indirecte aux contaminants. Des pertes humaines sont également à craindre en cas de glissements de terrain. »

Du principe pollueur payeur au principe victime payeur ?

FNE souligne que le coût du dépistage des sites doit être à la charge du pollueur pas des
victimes !

La communication de la Commission du 22 septembre 2006 souligne :
« Il est largement prouvé que la plupart des coûts liés à la dégradation des sols ne sont pas supportés par les utilisateurs immédiats des terres, mais généralement par la société dans son ensemble et par des acteurs géographiquement éloignés des sites en cause. »

Pourtant, la France bloque la proposition de directive sur les sols

- 22 novembre 2006 : la Commission européenne présente une proposition de directive sur les sols

- 14 novembre 2007 : le Parlement européen vote la proposition de directive relative à la protection des sols présentée par la Commission européenne,

- 14 décembre 2007 : la France et l’Allemagne, sous la pression intense de certains lobbies industriels, votent contre la proposition de directive sols,

- Depuis décembre 2007 : aucune véritable concertation n’est organisée sur la directive sols pour garantir la relance de sa négociation lors de la présidence française.
Au contraire, les services du MEEDDAT font circuler une version amendée de la proposition qui vide le texte de sa substance,

A l’heure actuelle, en l’état des informations dont dispose FNE, la France renonce à relancer la discussion du texte : le texte n’est toujours pas inscrit (de manière certaine) à l’ordre du jour du conseil des Ministres de l’environnement de l’Union européenne d’octobre.

Si le texte ne passe pas au Conseil d’octobre, il n’y a aucune chance qu’il passe à celui programmé en décembre dont l’ordre du jour est déjà surchargé en raison de la conférence de Poznan. Pour que le texte passe en octobre, il faudrait multiplier en amont les réunions préparatoires dont celles du COREPER (comité des représentants permanents qui prépare les réunions du conseil des ministres). Or, aucune réunion préparatoire n’est prévue sur les sols.

 

En tout état de cause, à supposer que la France inscrive la discussion de ce texte à l’ordre du jour du Conseil des ministres, sa proposition très peu ambitieuse n’a que peu de chances de permettre un accord politique. FNE déconfidentialise aujourd’hui la proposition de directive que la France pourrait présenter :

· aucune obligation d'identifier les sites contaminés (juste une obligation d'identifier les sites potentiellement pollués),

· aucune obligation de publier les informations sur les sites pollués,

· le concept d'inventaire (public) des sites pollués a disparu,

· rien sur la méthodologie à suivre, chaque Etat fait ce qu’il veut,

· pas d’échéances pour l'identification des sites contaminés,

· aucune obligation de dépollution,

· aucune obligation de définir une stratégie nationale de dépollution (elle est devenue volontaire)

· une grande réduction du champ d'application du rapport sur l’état des sols.

Pour Arnaud Gossement, porte parole de France Nature Environnement :
«Le silence qui entoure cette directive fondamentale pour la protection de sols est assourdissant ! Pourtant, l’enjeu pour la santé publique et le principe pollueur payeur est majeur ! Pour répondre à l’urgence écologique, parler d’objectifs c’est bien, définir des moyens c’est mieux. FNE interpelle l’Etat français pour qu’il agisse enfin contre les lobbies et en faveur de ce texte fondamental pour la protection de la santé publique et de l’environnement ! ».

Les demandes de France Nature Environnement

FNE demande très concrètement :

- La rédaction, au terme d’une véritable réunion de concertation des acteurs du Grenelle, d’une directive ambitieuse et contraignante,

- La garantie que ce texte soit inscrit à l’ordre du jour du Conseil des ministres du mois d’octobre,

- Qu’un accord politique soit préparé en amont.
 
Source : FNE

20/05/2008

ENVOYE SPECIAL sur la pollution PCB : diffusion ce jeudi 22 mai 2008 à 20h55

Le reportage qu' ENVOYE SPECIAL a consacré à la pollution PCB qui devait passer sur FRANCE 2 jeudi 24 avril sera finalement diffusé ce jeudi 22 mai à 20h55.

 

La récente interdiction de consommation de l'omble chevalier, poisson emblématique des lacs alpins, sur les lacs Léman, d'Annecy & du Bourget met plus que jamais ce sujet de la pollution PCB au coeur de l'actualité de notre région.

 

Comme vous le savez, la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la NAture) et FNE (France Nature Environnement) sont très impliquées depuis presque 30 ans (première plainte en 1983) sur la pollution des eaux par les PCB et ses répercutions sur les usages de l’eau et sur la santé humaine.

Nous venons d'obtenir la mise en place d'une étude épidémiologique qui portera sur 20 000 personnes et le début de la prise en compte de la nécessaire indemnisation des pêcheurs professionnels par le Ministère de l'Agriculture. A cet égard, la 2ème réunion du Comité d'information et de suivi du Plan d'actions "Rhône PCB" aura lieu le 28 mai prochain à Lyon, en Préfecture.


ENVOYE SPECIAL a préparé cette émission avec la FRAPNA et FNE.  Le reportage a été tourné sur le plan d’eau de Jonage à l’Est de Lyon où la pollution par les PCB a de nouveau été remise en évidence en 2005, et à Susville (La Mure, Isère), où la Jonche, affluent du Drac à côté de Grenoble, a été gravement polluée par les PCB issus de la mine des charbonnages de France.

 

Vous trouverez en pièce jointe l' appel à dons que lance la FRAPNA dans le cadre de sa campagne "PCB" pour permettre de financer les contre-expertises, les actions juridiques…

Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pcb, pollution, fne, frapna | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu