Avertir le modérateur

26/02/2011

Transition énergétique ou gaz de schiste, il faut choisir !

Quatre mois avant même que la loi dite « Grenelle 2 » ait été publiée au Journal Officiel, Jean-Louis Borloo accordait le 1er mars 2010 – dans l’opacité la plus complète – des permis exclusifs de recherche de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux à différentes sociétés (Schuepbach Energy LLC, Total, GDF-Suez, Toreador Energy France, Hess Oil France...). Une fois de plus, le plus fervent défenseur du « new deal écologique » promis trois ans plus tôt par Nicolas Sarkozy nous montre son visage de schizophrène en laissant les industriels des énergies fossiles tuer dans l’oeuf toute politique de transition énergétique construite autour des 3 piliers négaWatt : sobriété, efficacité énergétique et énergies renouvelables.

Lire la suite

02/11/2010

Grenelle de l'environnement : Analyse du Réseau Action Climat

Trois ans après les engagements des tables rondes du Grenelle de l'environnement et le discours enflammé de Nicolas Sarkozy le 25 octobre 2007, le Réseau Action Climat fait le point sur le dossier « climat-énergie » et épluche point par point les mesures annoncées et celles mises en œuvre.

Lire la suite

25/06/2009

Mémorandum de la France pour le climat : des reculs, des faux-semblants, pas de financements

logo-copenhague-climat.pngDans la perspective du Sommet pour le climat de décembre 2009, la France a proposé son « Mémorandum », à savoir, sa vision d'un accord de Copenhague ambitieux et équilibré. Pour le RAC-France et ses associations membres, la proposition française ne répond pas à la question clef qui bloque l'avancée de la négociation internationale, le soutien aux pays en développement. Par ailleurs, en s'abritant derrière l'injonction faite aux Etats-Unis et au Canada de renforcer leurs objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, la France opère un recul net sur la question forestière, aux dépens de l'accord négocié à l'échelon européen.

Lire la suite

31/10/2008

Grenelle : un constat mi-figue mi-raisin sur les bâtiments anciens et les collectivités locales

L’un des programmes les plus importants traités dans le projet de loi grenelle 1 a été voté à l’Assemblée Nationale : la rénovation du parc de bâtiments anciens. Certaines avancées ne peuvent cacher de graves manquements pour la réussite d’un tel programme national.

Les bâtiments existants en France représentent le quart de la consommation énergétique du pays. Depuis le début des discussions Grenelle, ce secteur a été identifié par l’ensemble des parties prenantes comme prioritaire pour améliorer l’indépendance énergétique française et l’amélioration du budget des ménages. Or, le sentiment laissé par les débats nocturnes de l’Assemblée Nationale est plutôt mitigé.

Article 5 - L’objectif global de rénovation des logements existants, objectif flou et portant à confusion de baisser de 38% d’ici 2020 les consommations énergétiques, a été complété par l’objectif de 400 000 rénovations par an à partir de 2013, ce qui est positif. Mais ce chiffre aurait dû être complété du seuil de 80 kWh/m_/an afin que la France puisse atteindre ses objectifs nationaux de lutte contre le changement climatique (le « Facteur 4 »).

L’erreur est plus frappante encore sur la rénovation du logement social (article 5, alinéa 5) pour laquelle le seuil de 150 kWh/m2/an a été voté. « Pour atteindre le facteur 4 en France, nous savons que les rénovations doivent être faites à hauteur de 80 kWh/m2/an en moyenne, précise Cyrielle den Hartigh, chargée de campagne changements climatiques aux Amis de la Terre. Si cet objectif de 150 reste inscrit dans la loi, nous risquons de devoir tout recommencer 10 an plus tard ! C’est une aberration du point de vue économique, mais c’est surtout une injustice du point de vue social ! Car ce sont encore les logements sociaux qui trinquent ! »

[...], les députés ont également commencé à se prononcer sur les collectivités locales, sujet crucial également puisque l’ancrage territorial constitue bien l’une des conditions majeures de la réussite des engagements nationaux de lutte contre les changements climatiques.

Ainsi, Julien Berthier, chargé de mission climat et collectivités territoriales au Réseau Action Climat-France, déplore que les parlementaires n’aient pas repris la mesure n°50 des tables rondes de l’automne 2007 s’engageant sur « une généralisation des Plans Climat-Energie Territoriaux » avec une « obligation de réalisation d’ici 2012 ». En l’état actuel des choses, l’article 7 alinéa 1 constitue un net recul par rapport au Plan climat national de 2004 car il ne mentionne pas les territoires ruraux et péri-urbain (via les Parcs Naturels Régionaux et les Pays) comme échelons pertinents pour le déploiement des PCET.

Enfin, le RAC-F et ses associations membres regrettent que le Ministre d’état, lors de la discussion d’hier soir dans l’hémicycle, ait réduit les PCET à de simples « Bilans carbone ». En réalité, cette démarche constitue bien une véritable « stratégie climat locale » transversale et intégrée, permettant aux collectivités d’engager leurs territoires dans un programme d’atténuation et d’adaptation à la hauteur des enjeux climatiques et énergétiques.

[...]

 

Communiqué : RACF - Réseau Action Climat France

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu