Avertir le modérateur

25/04/2008

Sarkozy an I : Monsieur le Président, votre quinquennat doit être vert !

Alors que le Président Sarkozy s'apprête à souffler sa première bougie à l'Elysée et tentera, ce soir à la télévision, de « redonner du sens » à son action, les associations de l'Alliance pour la Planète lui demandent de soutenir avec force une mise en œuvre ambitieuse du Grenelle, aujourd'hui sérieusement menacée par une partie du gouvernement et par la majorité UMP au parlement. Le passage à l'acte sur le Grenelle est la première étape essentielle d'une année qui verra la France présider l'Union européenne au moment crucial où celle-ci se dotera d'une politique climatique et énergétique pour les 12 ans qui viennent.

« Le Président Sarkozy a tenu son engagement de faire le Grenelle de l'environnement. Il a soutenu un processus nouveau et parfois difficile, régulièrement et malheureusement attaqué par une partie du gouvernement et de l'UMP, comme le démontre le débat gâché du parlement sur la loi OGM » rappelle Yannick Jadot, directeur des programmes de Greenpeace France. « L'An II du quinquennat Sarkozy doit être celui d'une mise en œuvre scrupuleuse des décisions du Grenelle. L'urgence écologique ne permet pas de transiger avec des conservatismes injustifiables et des modes de pensée qui privilégient le passé à l'avenir ».

 

« Dès son élection, le tout nouveau président a affirmé que le climat serait une de ses grandes priorités. Il en a aussi fait la priorité de la présidence française de l'Union européenne. Le rôle de la France serait essentiel pour que l'Union européenne se dote d'un « paquet énergie » à la hauteur du défi climatique » ajoute Anne Bringault, directrice des Amis de la Terre. « Réduction de 30% des émissions de gaz à effet de serre, réduction obligatoire de 20% de la consommation d'énergie et 23% d'énergies renouvelables d'ici 2020, tels sont les engagements que l'on attend ce soir du Président ! »

 

« La première année du quinquennat a été celle des discours et des engagements. La seconde année doit être celle des actes ! Pas question pour nous que la loi Grenelle connaisse les mêmes déboires et les mêmes dérives que la loi OGM. Application du Grenelle, réforme de la PAC, adoption du « Paquet Energie », c'est la réussite du quinquennat face à l'urgence écologique qui se joue cette année. Nous attendons de l'intervention ce soir du président de la République des déclarations fortes. Le Président ne doit plus laisser les Françaises et Français otages d'un Grenelle menacé », conclut Serge Orru, directeur général du WWF-France.

 

Communiqué Alliance pour la planète 

08/03/2008

Monsanto d’or pour le sénateur UMP Jean Bizet

0c1aab9ae6d355870d2590c07748ee42.jpg
Greenpeace a décerné son premier Monsanto d’or. C’est le sénateur UMP de la Manche et rapporteur du projet de loi, Jean Bizet , qui est récompensé au palmarès général "pour l’ensemble de son œuvre de promotion des OGM et de sape des principes issus du Grenelle". Alors ce projet de loi a-t-il été adopté pour défendre l’intérêt général et la santé des citoyens ou les intérêts des lobbies et de certains agriculteurs ? Sans vouloir attiser la polémique et adopter un regard partisan, à quelques jours des élections municipales où de nombreux sénateurs se présentent pour garder leur poste de maire, la question peut au moins être posée.
 
« Les industries semencières et biotechnologiques n’auraient pas fait meilleur travail que M. Bizet . Avec un tel représentant à un poste si stratégique, la majorité UMP la plus archaïque est en train de passer au rouleau compresseur sur le Grenelle de l’environnement ! » déclare Arnaud Apoteker. Selon Greenpeace, la perspective des municipales semble justifier le retour dans le champ de la société de doctrines issues des lobbies ruraux les plus archaïques et les plus conservateurs. « Pour de bien tristes raisons électoralistes, incapables d’être en phase avec leur temps, grossièrement anti-écolo, scotchés à une France qui n’existe plus, M.  Bizet et sa clique règnent en maître sur un hémicycle au trois quart vide et règlent leurs comptes avec le Grenelle et ses avancées : concertation, ouverture à la société civile, primauté du principe de précaution… ajoute Arnaud Apoteker. Il est regrettable que les voix éclairées de la majorité UMP, elles sont nombreuses, ne puissent plus s’exprimer. Le Premier Ministre Fillon et le Président Sarkozy doivent rappeler la majorité UMP à ses responsabilités et à ses engagements. »

Pour Greenpeace, Jean Bizet s’illustre depuis des années par son soutien constant et sans faille aux lobbies des industriels, en particulier sur tous les dossiers concernant l’agro-alimentaire. Affaire de la « vache folle » minimisée, déclarations scandaleuses sur l’affaire du poulet aux dioxines (« au moment de l’affaire de la dioxine, les scientifiques ont démontré que 2 tonnes de poulets belges n’étaient pas plus nocives que la consommation d’une cigarette » La Manche Libre, 21 novembre 1999), promotion systématique des OGM au sein du Sénat par l’organisation de colloques pro- OGM en partenariat avec le lobby…

 
Florilège des déclarations du sénateur UMP de la Manche et rapporteur du projet de loi au Sénat, Jean Bizet , les 5, 7 et 8 février 2008.

Sur les OGM : Il nous appartient de faire un nouveau saut technologique.

Sur le maïs : OGM Bt (dont la culture vient juste d’être supendue en France) : Le maïs Bt apparaît de qualité supérieure, en particulier par sa plus grande sécurité sanitaire.

Sur le « droit d’expression » du haut conseil sur les
OGM : Afin d’assurer tout à la fois l’indépendance et la dignité des fonctions de membre du Haut conseil, nous proposons (…) qu’il leur soit fait obligation d’informer le président, dont le rôle de coordination en sera d’autant mieux assis, avant toute prise de parole publique. Le Haut conseil doit tenir un langage clair, qui mette enfin un terme à la cacophonie qui prévaut depuis trop longtemps sur ce dossier.

Justifiant la scandaleuse autorisation de cultures d’ OGM dans les parcs naturels : Si les plants génétiquement modifiés sont dangereux, il faut les interdire partout. En revanche, dès lors que le principe de précaution est respecté, on ne voit pas pourquoi les prohiber dans les parcs naturels… M. Longuet a fort justement expliqué que, si les parcs méritent d’être protégés, il ne faut pas en faire des sanctuaires. Il ne faut pas les ghettoïser et que les créateurs de richesses les désertent.

Sur l’impossible coexistence : J’ai déjà dit que je ne partageais pas cette approche de la contamination. Les prescriptions techniques permettent la coexistence des cultures.

Menace explicite sur le bio : Le maïs Bt a acquis une qualité supérieure au regard de la mycotoxine. Il faudra qu’ils (les agriculteurs bio, ndlr) s’en rendent compte ! Si les producteurs bio n’entendent pas notre message, ils vont se sanctuariser et nous serons obligés de frapper là où ça fait mal, sur le plan des normes sanitaires !

La vie en rose : Il n’est pas question d’instituer la domination d’une culture sur l’autre, mais de défendre une agriculture plurielle. Il s’agit aujourd’hui d’un saut technologique, que cette forme d’agriculture fera ou ne fera pas ; n’empêchons pas le développement dans le respect mutuel d’une autre forme d’agriculture.

Sur ses collègues : Je m’efforce, dans ce débat, de retrouver mon calme et mes esprits. M. Desessard nous avait habitués à davantage d’humour et de courtoisie, mais peut-être, comme le suggère M. Charasse, son comportement résulte-t-il d’un excès de consommation de produits biologiques.

Refusant l’étiquetage de la viande issue d’animaux nourris aux
OGM : Une telle obligation d’étiquetage aurait en outre un effet dévastateur sur toutes les filières animales. La majorité du bétail français est nourri aux OGM . Ce serait l’effondrement ! M. Le Cam ne me démentira pas, lui qui connaît bien de quoi est nourri le cheptel breton. Derrière tout cela il y a tellement de fantasmes !

Justifiant le périmètre de 50 m entre OGM et sans OGM : En Angleterre, le périmètre est de 25 mètres, contre 700 à 800 mètres dans certains pays d’Europe centrale et orientale, car les structures parcellaires sont différentes ! Nous n’avons pas à réserver cette technologie novatrice aux seuls agriculteurs qui disposent d’une grande surface.

Sur la transparence du haut comité : Au demeurant, il serait contradictoire de saluer l’attribution de 45 millions d’euros supplémentaires à la recherche en biotechnologies et de fragiliser les industriels en leur imposant de révéler des secrets de fabrication (…) Souhaiter assurer la confidentialité de certaines informations ne relève pas d’une volonté de dissimulation. Le texte, comme la convention d’Aarhus, le reconnaît. Il est illusoire de penser que de telles informations divulguées aux membres du Haut conseil resteraient confidentielles ; et les fuites empêcheraient nos entreprises et nos chercheurs de préserver leurs positions dans la compétition mondiale. Nous voulons tous la transparence. Attention toutefois que son excès ne nourrisse pas les fantasmes (…) Ce n’est pas faire injure au public que de lui refuser l’accès au secret industriel.
 

Greenpeace souhaiterait que M. Bizet applique à lui-même l’une de ses subtiles déclarations faite en séance au Sénat : « Quand on est dans une posture, on est pas loin de l’imposture » et se range aux décisions issues du Grenelle et aux souhaits des français.
 
 
Auteur :  David Naulin
Sources : Greenpeace France et Cdurable.info

26/02/2008

Municipales Poitiers : Stéphane Braconnier (UMP) et l’environnement

Les Achats Publics : Appels d’offre et écocertification

" Dans les appels d'offre publics de bois, les produits doivent répondre à la certification FSC ou à des certifications équivalentes " - Présidence de la République, mai 2002.

Stéphane Braconnier enseigne le droit public à Poitiers et maîtrise le sujet des marchés publics. Dans les appels d’offre concernant les achats publics de bois, il prend l’engagement de faire voter, s’il est élu, une résolution en faveur de l’éco-certification FSC qui garantit la protection et le développement durable des forêts primaires. En effet, parmi les programmes de certification existant dans le monde, seul le label FSC remplit, par la rigueur de son cahier des charges, les conditions nécessaires à sa crédibilité et son indépendance.

L’équipe de Stéphane Braconnier prendrait donc la voie des achats éco-responsables : bois FSC dans la construction des bâtiments publics, mais aussi utilisation du papier recyclé ou labellisé PEFC… du moins pour une partie des documents.

Stéphane Braconnier se dit prêt à « assumer le surcoût d’une gouvernance éco-responsable ». Il compte également apporter son soutien aux particuliers qui souhaitent utiliser du bois FSC dans leurs constructions : « les systèmes d'aides existent déjà, les textes officiels aussi, et c'est ma volonté politique d’appuyer un peu dans ce sens ». Pour Greenpeace Poitiers, s’il est important de soutenir la filière FSC, privilégier le bois local apparaît, pour nombre de critères écologiques, la meilleure option.


L’agriculture biologique/OGM
Dans les cantines scolaires, Stéphane Braconnier affirme ne pas pouvoir aujourd’hui s'engager en faveur de repas sans OGM, « par souci de réalisme. C’est un engagement qui engendrerait des complications, risquerait de déséquilibrer les filières d’approvisionnement en augmentant les kilomètres parcourus, et augmenterait les tarifs des repas incombant aux parents d’élèves. ». Avec un objectif de 30% de repas bio en 2014, Stéphane Braconnier dépasse celui fixé par le Grenelle de l’environnement (20 % en 2012).

De façon plus générale, le candidat UMP se positionne contre une culture intensive des OGM « à l’américaine » et se montre favorable à une recherche en milieu confiné. Les arguments avancés par les firmes tels « les OGM vont résoudre la faim dans le monde » l’interpellent cependant. Pour lui, « si la production d'OGM pouvait améliorer la situation actuelle, pourquoi pas, mais pas n'importe comment.». Pour Greenpeace Poitiers, « Il est grand temps de rejeter ces fausses promesses des OGM et de l'agriculture industrielle et de soutenir une véritable révolution agricole qui permette de satisfaire les besoins des communautés locales, de préserver l'environnement, de restaurer les terres dégradées par l'industrie agricole et de donner les moyens à ceux qui en ont besoin de lutter contre la faim et la pauvreté ».

Il est à noter que Stéphane Braconnier, avec l’aval de son équipe de campagne, a signé l’Appel à produire et à consommer sans OGM.

Transports
Le fer de lance de la politique transport de l’équipe de Stéphane Braconnier est la création d’une ligne de tramway pour relier le Campus, le CHU, le Théâtre Auditorium et la demi-lune : http://www.poitiers21.com/index.php?2008/01/14/5-le-tramw...

Concernant le parc automobile municipal, Stéphane Braconnier s’engage à ce que tous les véhicules soient propres à l’horizon 2014, en avançant plusieurs solutions : GNV, voitures électriques… Un audit des frais de déplacement (incluant les moyens) du personnel municipal serait réalisé en début de mandat.

Un « Grenelle local »
C’est aussi une proposition avancée par le candidat UMP. Inscrite dans une démarche de gouvernance, il estime la méthode de discussion du Grenelle de l’environnement « inédite, efficace et intéressante ». « Pourquoi ne pas lancer des Grenelle locaux pour trouver des solutions aux problèmes locaux en réunissant autour d’une même table les associations, les politiques,... ? »

03/02/2008

Loi OGM : Jean-Pierre Raffarin et Alain Fouché vont-ils trahir les décisions du Grenelle de l’environnement ?

b3a788d931fe8f94a3d5285cf959830b.jpgPrenant compte de l’avis de la Haute Autorité sur les OGM, le gouvernement français a activé la clause de sauvegarde sur le MON 810 : la culture de ce maïs OGM est donc provisoirement suspendue en France. Après un premier report, les 5, 7 et 8 février 2008, le Sénat examine le projet de loi sur les OGM toujours soumis à la procédure d’urgence.

Selon le Collectif Vigilance OGM, le texte proposé par le gouvernement "légalise la contamination génétique généralisée de notre environnement, de notre agriculture et de notre alimentation. Il ne garantit pas la liberté et le droit de produire et consommer sans OGM. Ce texte, en organisant la « coexistence » entre OGM et non OGM - pourtant reconnue comme impossible - va à l’encontre des engagements du Grenelle de l’Environnement."

Le Collectif Vigilance OGM de la Vienne a souhaité interpeller ces dernières semaines les sénateurs de la Vienne, Messieurs Jean-Pierre Raffarin et Alain Fouché : invitation à une conférence-débat, envoi de nombreuses lettres pétitions et demande de rendez-vous auprès de leur permanence. Malgré leurs nombreuses relances, les deux élus n’ont donné aucune suite.

Toujours selon le collectif Vigilance OGM, la proposition de loi, votée en l’état, "condamnerait à terme l’agriculture et l’alimentation sans OGM et n’aboutirait nullement à apaiser le débat sur la question". Le collectif regrette que les sénateurs Jean-Pierre Raffarin et Alain Fouché n’aient pas accepté le dialogue : il espère que les deux élus respecteront les décisions du Grenelle de l’environnement. 

Par ailleurs, le Collectif Vigilance OGM rappelle que des propositions d’amendements, notes juridiques et documents de position très détaillés ont été communiquées à l’ensemble des sénateurs, afin de faire de cette loi une loi qui respecte l’environnement, les consommateurs, et l’agriculture de qualité.

Ecolopresse

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu