Avertir le modérateur

02/10/2011

La LPO attaque à nouveau Total

En mars 2008, 480 tonnes de fioul de soute, échappées de la raffinerie Total de Donges polluaient l’estuaire de la Loire, les côtes de la Loire-Atlantique et de la Charente-Maritime ainsi que le littoral sud-vendéen. Les 4, 5 et 6 octobre prochains, Total Raffinage Marketing, exploitant le site de Donges, comparaitra devant le Tribunal correctionnel de Saint-Nazaire face à une douzaine de parties civiles dont la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux). Notre association demande l’indemnisation des atteintes faites à l’environnement et aux fonctions écologiques assurées par un site exceptionnel pour la biodiversité et protégé à ce titre.

Lire la suite

16/04/2008

Un mois après la pollution de l’estuaire de la Loire, la LPO dresse un premier bilan

Le 16 mars dernier, 30 ans jour pour jour après la marée noire de l’Amoco Cadiz, 680 tonnes de fioul de soute (IFO 380), échappées de la raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique), ont commencé à souiller le littoral. Quinze jours après avoir touchée l’estuaire de la Loire, la pollution a atteint la Charente-Maritime, notamment les îles de Ré et d’Oléron, ainsi que le littoral sud-vendéen. Les oiseaux et plus globalement la biodiversité de ces espaces naturels sensibles sont durablement touchés. La LPO dresse un premier bilan de la catastrophe.

 

Depuis le 16 mars, les bénévoles et naturalistes de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux), de Bretagne Vivante et Loire-Vivante, ainsi que les gardes de L’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage), parcourent constamment l’estuaire de la Loire afin d’évaluer l’impact de la pollution sur la faune et les milieux naturels, tout en tentant de sauver le maximum d’oiseaux.

Dès les premiers jours, ils ont constaté que les oiseaux emblématiques des milieux estuariens (bécasseau variable, pluvier argenté, tadorne de Belon, avocette élégante, barge rousse, canard pilet, sarcelle d’hiver) avaient été mazoutés, alors même que la migration prénuptiale battait son plein.

 

Parmi les espèces observées, 60 % des tadornes, 30 % des bécasseaux variables, 40 % des avocettes et 10 % des pluviers argentés ont été touchés. Pourtant, aucun oiseau mort n’a été signalé et seul un oiseau vivant a été récupéré : une sarcelle d’hiver soignée par l’Ecole Vétérinaire de Nantes et relâchée depuis.

On peut penser que certains oiseaux se sont dispersés sur des sites moins pollués. Mais une question demeure : pourquoi, compte-tenu de l’importance de cette catastrophe, les équipes de dépollution n’ont-elles pas retrouvé de cadavres d’oiseaux, ce qui aurait normalement dû être le cas dans l’estuaire de la Loire ? Il n’y aurait donc pas d’oiseaux morts sur les 80 kilomètres des deux rives polluées de la Loire, alors qu’on a retrouvé plus de 250 oiseaux mazoutés sur la seule île de Ré ?

 

La pollution a, en effet, atteint les îles d’Oléron et de Ré, et le littoral sud-vendéen, les 30 et 31 mars derniers. Des analyses ont révélé que le polluant provenait bien de l’accident survenu à la raffinerie de Total à Donges.

Une quarantaine d’oiseaux vivants et plus de 200 oiseaux morts ont été collectés, notamment des fous de Bassan, des guillemots de Troïl et des pingouins torda.

Les oiseaux récupérés vivants ont été immédiatement réhydratés et nourris au sein de l’Unité Mobile de Soins (UMS) LPO Wildpeace installée sur le site de la maison du Fier d’Ars, sur l’île de Ré ou au centre de soins du marais aux oiseaux sur l’île d’Oléron. Ils ont ensuite été transférés vers l’Ecole Vétérinaire de Nantes et la Station LPO de l’Ile Grande.

 

Aujourd’hui, devant les constats de la LPO et des associations de protection de la nature, Total confirme que la quantité de mazout déversée est plus importante que celle annoncée initialement. Ainsi, ce ne sont plus 400 mais 500 tonnes de fioul qui se seraient échappées de la raffinerie de Donges, et non plus 100 tonnes qui se seraient déversées dans l’estuaire  mais 180. L’UMS LPO, véritable « Samu » des oiseaux, reste donc encore en veille. Dans l’estuaire de la Loire, un travail de fourmi a commencé pour nettoyer les sites les plus difficiles d’accès, notamment les vasières et les roselières.

 

Allain Bougrain Dubourg

Président de la LPO

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu