Avertir le modérateur

06/03/2008

Municipales - Vienne : Qui présente un programme écolo ?

Dans la perspective des élections municipales, les bénévoles de Greenpeace Poitiers ont interpellé les candidats têtes de listes aux mairies de Buxerolles, Loudun, Châtellerault, Chauvigny et Montmorillon, afin de leur proposer se s’engager sur dix mesures visant à rendre leur commune plus éco-responsables. Découvrez qui de nos candidats, s’il est élu, s’engage à être un maire éco-responsable...

« Serez vous un maire éco-responsable ? »

Ces dix mesures correspondent aux domaines de compétences qui relèvent des municipalités et concernent trois thématiques : lutte contre les changements climatiques, la préservation de la biodiversité et la lutte contre les OGM.

 

Poitiers

Stéphane BRACONNIER UMP
Bravo, voilà un candidat qui est en accord avec les solutions proposées par Greenpeace. Reste à espérer que s'il est élu, il mettra en place un programme aussi ambitieux.
Alain CLAEYS PS
Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace.
Philippe MAHOU MODEM
Bravo, voilà un candidat qui est en accord avec les solutions proposées par Greenpeace. Reste à espérer que s'il est élu, il mettra en place un programme aussi ambitieux.

Buxerolles

Michel MARTIN

Bruno MORCEAU

Jean Marie PARATTE

Châtellerault

Jean Pierre ABELIN

Philippe RABIT

Joël TONDUSSON

Chauvigny

Michel BAUDRY

Gérard HERBERT

Sylvie PAILLER

Loudun

Joël DAZAS

Pierre LANTIER
Montmorillon

Guy GEVAUDAN

Yves BOULOUX




BUXEROLLES - Michel MARTIN

Ce candidat soutient sur le principe la plupart des propositions de Greenpeace mais ne s'engage pas sur certaines mesures précises. Peut mieux faire !

Voici quelques éléments de réponse apportés par le candidat :

  • Réduction de la consommation énergétique des bâtiments municipaux


 

BUXEROLLES - Bruno MORCEAU

Bravo, voilà un candidat qui est en accord avec les solutions proposées par Greenpeace. Reste à espérer que s'il est élu, il mettra en place un programme aussi ambitieux.

Voici quelques éléments de réponse apportés par le candidat :

 

  • Renouvellement du parc automobile en tenant compte des critères environnementaux (réduction maximum du CO²/km)
  • Part croissante des produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration scolaire
  • Doter la collectivité d’un plan de développement dans les énergies renouvelables afin qu’elle produise 23% de ses consommations en propre d’ici 2020


 

BUXEROLLES - Jean Marie PARATTE

Bravo, voilà un candidat qui est en accord avec les solutions proposées par Greenpeace. Reste à espérer que s'il est élu, il mettra en place un programme aussi ambitieux.

Voici quelques éléments de réponse apportés par le candidat :

 

  • Adoption d’un agenda 21 d’ici fin 2008
  • Lancement d’une politique d’achat durable
  • Clauses environnementales et équitables dans les marchés publics passés avec la ville
  • Bilan Carbone des équipements communaux
  • Développement voies cyclables et piétonnes


 

CHATELLERAULT - Jean Pierre ABELIN

Ce candidat soutient sur le principe la plupart des propositions de Greenpeace mais ne s'engage pas sur certaines mesures précises. Peut mieux faire !

Voici quelques éléments de réponse apportés par le candidat :

 

  • Mise en place d’un plan de déplacements urbains
  • Encourager les modes de transports alternatifs
  • Mise en place un plan d’économies d’énergie et d’eau dans les bâtiments et logements sociaux de la ville et pour l’éclairage public
  • Pas d’engagement dans la lutte contre la déforestation, « mais pourquoi pas l’intégrer dans les cahiers des charges des achats publics eco-responsables. Tout dépendra également des finances locales ».


 

CHATELLERAULT - Philippe RABIT

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

CHATELLERAULT - Joël TONDUSSON

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

CHAUVIGNY - Michel BAUDRY

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

CHAUVIGNY - Gérard HERBERT

Ce candidat soutient sur le principe la plupart des propositions de Greenpeace mais ne s'engage pas sur certaines mesures précises. Peut mieux faire !

Voici quelques éléments de réponse apportés par le candidat :

- Achat de véhicules et bicyclettes électriques (conçus et fabriqués localement)
- Etude concernant l'installation de lampadaires photovoltaïques et éoliens
- Diagnostic énergétique de l'ensemble des bâtiments existants

 

CHAUVIGNY - Sylvie PAILLER

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

LOUDUN - Joël DAZAS

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

LOUDUN - Pierre LANTIER

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

MONTMORILLON - Guy GEVAUDAN

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

 

MONTMORILLON - Yves BOULOUX

Ce candidat n'a pas répondu au questionnaire de Greenpeace. Indifférence ? Pas le courage de ses opinions ? Une chose est sûre concernant l’environnement, n’attendez pas grand-chose lui…

Elections municipales 2008 : Eco-responsable ou pas ?

Dans la perspective des élections municipales, Greenpeace publie les résultats de l’enquête « Serez-vous un maire éco-responsable ? », effectuée auprès des candidats têtes de liste dans une quarantaine de villes de France.

Les résultats sont accessibles à partir de la carte de France sur le blog de Greenpeace, qui sera réactualisée jusqu’au vendredi 7 mars.

________________________________________________

« Nous avons cherché à voir dans quelle mesure, au-delà des slogans, les candidats s’engagent de manière crédible et concrète en faveur de l’environnement, explique Cécile Zieglé, qui est en charge des groupes locaux de Greenpeace et a piloté cette enquête. Nous leur avons proposé de s’engager sur dix mesures précises, de façon à pouvoir suivre la mise en œuvre concrète de leurs engagements s’ils sont élus. »

Aperçu des résultats
À peine la moitié des quelque 240 candidats démarchés a répondu jusqu’à présent. Que penser des autres ? « Comment interpréter ce silence assourdissant ?, se demande Cécile Zieglé. Est-ce de l’indifférence aux enjeux écologiques ? Ou bien ces candidats se contentent-ils de communiquer sur le dos de l’environnement et dès qu’on aborde des engagements concrets, il n’y a plus grand monde ? »

Les listes autonomes des Verts ainsi que les listes PS/divers gauche (dont Verts) ont massivement répondu à l’enquête et présentent des engagements sérieux.

Les candidats PS, sans alliance de premier tour, répondent beaucoup moins bien (Bernard Cazeneuve à Cherbourg), à l’exception notable de l’actuel maire de Paris Bertrand Delanoë

Les candidats du MoDem offrent des réponses disparates, de François Bayrou, qui fait un sans faute à Pau, à Marielle de Sarnez, qui reste floue à Paris.

Déception du côté de la majorité présidentielle : seulement 13 sur une soixantaine de candidats démarchés ont répondu à Greenpeace. À Paris, tous les candidats UMP sont muets, de Françoise de Panafieu en passant par Rachida Dati (VIIe) Jean Tiberi (Ve) ou Claude Goasgen (16e). Idem à Marseille (Jean-Claude Gaudin), Nice (Christian Estrosi) ou Lyon (Dominique Perben). Ceux qui se sont engagés, Alain Juppé à Bordeaux ou Gilles de Robien à Amiens, n’en ont que plus de mérite.

A consulter également, les pages de chacun des groupes locaux

 

Source : Greenpeace France

04/03/2008

Municipales Poitiers : Alain Claeys (PS) et l’environnement

Les Achats Publics de bois : l’écocertification

Les achats publics implique parfois celui de bois exotique. La mairie actuelle de Poitiers a adopté en 2001 un vœu en faveur du label FSC (Forest Stewardship Council) : Alain Claeys ne s’engage pas sur le vote d’une délibération car il ne souhaite pas systématiser l’écocertification du bois exotique dans les marchés publics. Il admet toutefois l’intérêt « de mobiliser les élus sur la question ».

Pour Greenpeace Poitiers, « près d’un quart des bois exotiques importés en France sont destinés aux marchés publics. Bien sur, il est préférable d’utiliser des essences locales à celles tropicales. Mais il est important de souligner que l’autre alternative à la destruction des forêts anciennes, c’est le label FSC. »


L’agriculture biologique/OGM

Sur la restauration scolaire, le candidat Alain Claeys veut porter l’accent sur la santé et souhaite « renforcer les repas équilibrés », avec l’assistance d’une diététicienne. Cet intérêt pour la santé n’inclut pas prioritairement, pour lui, l’alimentation biologique.

En tant que député, Alain Claeys est amené à débattre début avril sur le projet de loi concernant la culture commerciale des OGM. Il se prononce à ce sujet contre la brevetabilité du vivant et pour le principe de précaution, tout en défendant la « recherche publique »… « la recherche, oui, mais à la condition qu’elle le soit en milieu confiné, rectifie Greenpeace Poitiers. De plus, un maire peut faire le choix de soutenir la filière bio locale en augmentant progressivement le nombre de produits issus de l’agriculture biologique dans les cantines scolaires. »


Déchets

Concernant l’incinérateur de Saint Eloi, « le retard a été rattrapé » et les normes européennes sont « désormais respectées », selon Alain Claeys.  Avec son équipe, il souhaite poursuivre les actions entreprises dans le cadre du Plan Déchets, tout en optimisant la filière de tri sélectif : actions pédagogiques, lutte contre le gaspillage, développement des infrastructures. Pour Greenpeace Poitiers, « l’incinération reste une mauvaise solution, du fait de ses émissions toxiques et polluantes, de son coût et des emplois qu’elle fait perdre à l’industrie du recyclage. Il existe pourtant des alternatives rentables et écologiquement efficaces de gestion des déchets en dehors de l’incinération. Il s’agit en premier lieu de réduire les déchets à la source. ».


Transports

Alain Claeys et son équipe souhaite optimiser les transports à Poitiers en renforçant d’une part les lignes actuelles, et en revisitant à partir de 2009 le plan de déplacement et l’état de l’urbanisme. En parallèle, le candidat voudrait créer de nouvelles lignes de transports, extra muros, pour relier les communes rurales de la Vienne à leur préfecture. Ces mesures seraient complétées par la mise en place d’outils pour développer le covoiturage. Pour faciliter le transport des étudiants, la proposition est de créer une ligne supplémentaire, reliant le CHU, la cité universitaire, le centre ville et la gare. Pour emprunter les transports en commun, les étudiants pourraient laisser leur véhicule sur le campus, « sur des parkings gratuits et gardés ».

Pour des raisons financières, le tramway n’apparaît pas, pour le candidat socialiste, être une bonne solution aux déplacements dans Poitiers.


Energie

Alain Claeys se montre satisfait par le Contrat Local d’Initiative Climat, initié avec la CAP et souhaite « poursuivre la mise en œuvre de moyens de lutte contre le changement climatique ». Sur la question de l’éclairage public, il estime qu’il faut trouver « un juste milieu entre économie d’énergie et sécurité ».

Alain Claeys souhaite dans la mesure du possible développer les récupérateurs d’eau sur les bâtiments publics. Une action d’information sera lancée afin de sensibiliser les citoyens à leur consommation et les encourager à préserver la ressource. Alain Claeys veut également développer des projets éducatifs locaux avec un prolongement dans les quartiers : « éduquer les enfants pour sensibiliser les parents », notamment sur la problématique de l’eau.

Sur la question de l’habitat, la première étape du candidat est le diagnostic énergétique des bâtiments publics. Les projets de réhabilitation et de construction de logements sociaux doivent, en partenariat avec les bailleurs sociaux, être réfléchis pour être économes en énergie : mieux conçus, l’impact sera autant écologique qu’économique et Alain Claeys affirme que « les locataires auront ainsi moins de charges à payer ».

Alain Claeys et son équipe s’engagent également à laisser plus de place aux associations et conseils de quartier « dans les études et la préparation des décisions municipales ».

26/02/2008

Municipales Poitiers : Stéphane Braconnier (UMP) et l’environnement

Les Achats Publics : Appels d’offre et écocertification

" Dans les appels d'offre publics de bois, les produits doivent répondre à la certification FSC ou à des certifications équivalentes " - Présidence de la République, mai 2002.

Stéphane Braconnier enseigne le droit public à Poitiers et maîtrise le sujet des marchés publics. Dans les appels d’offre concernant les achats publics de bois, il prend l’engagement de faire voter, s’il est élu, une résolution en faveur de l’éco-certification FSC qui garantit la protection et le développement durable des forêts primaires. En effet, parmi les programmes de certification existant dans le monde, seul le label FSC remplit, par la rigueur de son cahier des charges, les conditions nécessaires à sa crédibilité et son indépendance.

L’équipe de Stéphane Braconnier prendrait donc la voie des achats éco-responsables : bois FSC dans la construction des bâtiments publics, mais aussi utilisation du papier recyclé ou labellisé PEFC… du moins pour une partie des documents.

Stéphane Braconnier se dit prêt à « assumer le surcoût d’une gouvernance éco-responsable ». Il compte également apporter son soutien aux particuliers qui souhaitent utiliser du bois FSC dans leurs constructions : « les systèmes d'aides existent déjà, les textes officiels aussi, et c'est ma volonté politique d’appuyer un peu dans ce sens ». Pour Greenpeace Poitiers, s’il est important de soutenir la filière FSC, privilégier le bois local apparaît, pour nombre de critères écologiques, la meilleure option.


L’agriculture biologique/OGM
Dans les cantines scolaires, Stéphane Braconnier affirme ne pas pouvoir aujourd’hui s'engager en faveur de repas sans OGM, « par souci de réalisme. C’est un engagement qui engendrerait des complications, risquerait de déséquilibrer les filières d’approvisionnement en augmentant les kilomètres parcourus, et augmenterait les tarifs des repas incombant aux parents d’élèves. ». Avec un objectif de 30% de repas bio en 2014, Stéphane Braconnier dépasse celui fixé par le Grenelle de l’environnement (20 % en 2012).

De façon plus générale, le candidat UMP se positionne contre une culture intensive des OGM « à l’américaine » et se montre favorable à une recherche en milieu confiné. Les arguments avancés par les firmes tels « les OGM vont résoudre la faim dans le monde » l’interpellent cependant. Pour lui, « si la production d'OGM pouvait améliorer la situation actuelle, pourquoi pas, mais pas n'importe comment.». Pour Greenpeace Poitiers, « Il est grand temps de rejeter ces fausses promesses des OGM et de l'agriculture industrielle et de soutenir une véritable révolution agricole qui permette de satisfaire les besoins des communautés locales, de préserver l'environnement, de restaurer les terres dégradées par l'industrie agricole et de donner les moyens à ceux qui en ont besoin de lutter contre la faim et la pauvreté ».

Il est à noter que Stéphane Braconnier, avec l’aval de son équipe de campagne, a signé l’Appel à produire et à consommer sans OGM.

Transports
Le fer de lance de la politique transport de l’équipe de Stéphane Braconnier est la création d’une ligne de tramway pour relier le Campus, le CHU, le Théâtre Auditorium et la demi-lune : http://www.poitiers21.com/index.php?2008/01/14/5-le-tramw...

Concernant le parc automobile municipal, Stéphane Braconnier s’engage à ce que tous les véhicules soient propres à l’horizon 2014, en avançant plusieurs solutions : GNV, voitures électriques… Un audit des frais de déplacement (incluant les moyens) du personnel municipal serait réalisé en début de mandat.

Un « Grenelle local »
C’est aussi une proposition avancée par le candidat UMP. Inscrite dans une démarche de gouvernance, il estime la méthode de discussion du Grenelle de l’environnement « inédite, efficace et intéressante ». « Pourquoi ne pas lancer des Grenelle locaux pour trouver des solutions aux problèmes locaux en réunissant autour d’une même table les associations, les politiques,... ? »

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu