Avertir le modérateur

03/06/2008

Greenpeace : Un bateau de Greenpeace assailli par une flottille de pêcheurs turcs dans le Détroit de Chypre

L’Arctic Sunrise, l’un des trois navires de Greenpeace, a été pris à partie, encerclé, puis assailli par trois thoniers turcs dans le détroit de Chypre le vendredi 30 mai. L’équipage d’un des bateaux - qui est allé à la collision - s’est livré à un “caillassage” en lançant des fusées, des boulons et des plombs de lest de filets sur l’Arctic Sunrise. Aucun blessé n’est à déplorer, mais l’hélicoptère de l’ONG, de retour d’une mission de documentation sur la pêcherie, a été visé par les thoniers turcs. Sous les jets des pêcheurs, ses vitres ont volé en éclat, rendant l’hélicoptère totalement hors d’usage.

Face à la violence de cette agression et aux dégâts qui en ont résulté, le capitaine de l’Arctic Sunrise a alerté les autorités maritimes turques qui ont envoyé sur zone une unité de surveillance pour la suite de la mission de l’Arctic Sunrise. « Une telle attaque en pleine mer est totalement inacceptable et nous exigeons des armateurs qu’ils fassent rentrer ces bateaux au port pour une enquête immédiate », a commenté Banu Dokmecibasi, chargée de campagne Océans de Greenpeace Méditerranée, présente à bord de l’Arctic Sunrise.

Depuis plusieurs jours, le navire de Greenpeace sillonne les eaux situées entre les côtes turques et l’île de Chypre pour dénoncer les activités de pêche non durables qui sévissent dans ce secteur. Comme partout ailleurs dans le bassin méditerranéen, les navires y sont en surcapacité de pêche, ce qui génère une surpêche systématique qui a entraîné le stock de thon rouge au bord de l’effondrement. Greenpeace exige des autorités turques la mise en place de réserves marines, seul moyen de régénérer un écosystème marin malmené par des décennies d’exploitation irresponsable des ressources halieutiques.

« La Turquie dispose de plus de 450 senneurs de plus de 24 mètres, ce qui correspond à une capacité de capture supérieure au total de pêche autorisé tous pays confondus (29 000 tonnes), commente Stéphan Beaucher, responsable de la campagne Océans de Greenpeace France. Or le quota de 890 tonnes de thon rouge attribué à la Turquie par l’ICCAT (Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique) ne représente qu’une infime partie de ce potentiel de capture. Le fond du problème, c’est le refus permanent des autorités de tutelles internationales et nationales de réglementer une pêcherie qui, en pillant les mers, court à sa propre perte. »

Cet incident intervient dans un contexte déjà très tendu :

* Dix jours seulement après le début de la campagne de pêche au thon rouge en Méditerranée, la Commission européenne a envoyé à six Etats-membres (Espagne, Italie, France, Grèce, Portugal et Chypre) une alerte de taux de consommation de quota. La Commission ne fait désormais plus mystère de son intention de fermer la pêcherie par anticipation, c’est-à-dire avant le 30 juin, pour éviter les dépassements illégaux de quotas de pêche par les thoniers.
* Une affaire de dissimulation de bateau et d’usurpation de pavillon mêlant l’engraisseur maltais Azzopardi et des intérêts français empoisonne le climat sur le flanc sud de la Méditerranée et alimente la suspicion générale qui entoure cette pêcherie.

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu